Bio Sylvie Vartan - Les années 50

Bio Sylvie Vartan

Première partie : Les années 50

Sylvie Vartan

La Maritza

Sylvie Vartan est née le 15 août 1944 à Iskretz, un petit village des Balkans, en Bulgarie. Sept ans avant sa naissance, son père Georges (qui est attaché de presse à l'ambassade de France) et sa mère Ilona (d'origine hongroise) avaient déjà eu Eddie.

Après que la Bulgarie ait été envahie par les troupes soviétiques en septembre 1944, la maison des Vartan est réquisitionnée. Ils devront bientôt quitter leur résidence de Lakatnik, pour rejoindre Sofia.

"Ma vie changea beaucoup" raconte Sylvie dans le numéro de Disco-revue qui lui était consacré en mai 1962. "C'était la vie de bien des petites filles dans les grandes villes et je n'en ai pas gardé de souvenirs précis. Cependant il m'est arrivé une aventure qui fut pour moi un véritable événement... Un ami de mon père, metteur en scène, était en train de tourner un film qui relatait l'histoire de la domination turque sur la Bulgarie. L'idée lui vint de me confier un rôle (tout petit !), celui d'une écolière... J'étais très jeune et cet événement m'a marquée et a fait naître en moi, sans que je m'en rende compte alors, un goût très vif pour cette atmosphère très particulière dans laquelle travaillent les acteurs ; aussi par la suite, j'ai souvent rêvé d'entrer moi aussi dans ce monde".

Sylvie Vartan

A Sofia où elle connaît la promiscuité et les premières privations, la famille Vartan envisage alors sérieusement d'émigrer. De par l'amour de la France que leur a transmis Robert, le grand-père francophile de Sylvie, Paris est la destination qui s'impose à eux. Comme une évidence. Les longues et bureaucratiques formalités accomplies, le départ est programmé pour décembre 1952. Sylvie se souvient de la gare de Sofia et de son grand-père qui, n'ayant pu obtenir l'indispensable visa, a couru jusqu'au bout du quai pour les regarder s'éloigner en pleurant. Il ne les a jamais rejoint.

Etrangère

Lorsque la famille Vartan arrive en France, c'est Noël. A Paris règnent euphorie et effervescence. Les Vartan sont hébétés devant tant de profusion. Ils n'avaient encore jamais vu autant d'étalages de fruits, de fromages. Ils s'installent d'abord au Lion d'argent, près du marché des Halles où Georges trouvera un emploi de manutentionnaire de nuit. Par la suite, des difficultés financières les conduisent à déménager pour l'hôtel d'Angleterre où ils partagent la même chambre pendant quatre ans.

L'adaptation est difficile pour les enfants qui, contrairement à leurs parents, ne parlent pas le français. Il faudra deux ans à Sylvie pour maîtriser cette langue. A l'école communale de la rue de la Jussienne, ses camarades l'observent comme une bête curieuse ou la prennent en pitié, ce que Sylvie ne supporte pas. Aussi doit-elle travailler plus que les autres pour se mettre à niveau, jusqu'à ce qu'à onze ans, elle réussisse son examen d'entrée en sixième au Lycée Victor Hugo.

Sylvie Vartan