Bio Sylvie Vartan - Les années 2000

Bio Sylvie Vartan

Sixième partie : Les années 2000

J'en ai tellement rêvé

Le message de Sylvie a été entendu puisque le public la rappelle sur les plateaux de télévision le 24 mars 2000. Désireuse de prendre sa revanche sur le succès obtenu par France 2 avec "Irrésistiblement... Sylvie", TF1 a commandé à la même équipe artistique un show d'une qualité comparable. L'émission sera donc placée sous le signe du rêve : "Qu'est-ce qui fait rêver les blondes ?" chante Sylvie en ouverture. Tout au long de la soirée, elle exaucera ses désirs : chanter "C'est fatal" à Louxor, interpréter un duo virtuel avec elle-même ("Il y a deux filles en moi")... Elle évoquera aussi les duos les plus prestigieux qu'elle ait faits (avec Brassens, Gainsbourg...) et ceux qu'elle aimerait faire. Ainsi la voit-on chanter pour la première fois avec Alain Souchon, Patricia Kaas et son fils David. Autre moment touchant : "La tendresse" que Sylvie emprunte à Marie Laforêt avec son vieux complice Carlos. Et quand elle joue un extrait hilarant de la pièce "Ils s'aiment" avec Pierre Palmade, les téléspectateurs se mettent à rêver d'une Sylvie exploitant ses talents comiques sur scène ou à l'écran...

Sylvie Vartan

L'ami des mauvais jours

Au printemps 2001, Sylvie entame le tournage de "Mausolée pour une garce", un téléfilm adapté du roman de Frédéric Dard. L'action se déroule en 1960, dans un midi de la France transposé au Portugal par le réalisateur Arnaud Sélignac. Ce dernier, fasciné par le personnage de Sylvie dans "L'Ange noir", a voulu qu'elle soit Agnès, une femme également fatale et manipulatrice. L'héroïne, mariée à un riche publicitaire (Jacques Weber), décide de faire assassiner son premier mari (Francis Huster) afin de toucher la prime d'assurance.

Le tournage est malheureusement interrompu par un tragique événement. Eddie, déjà souffrant depuis plusieurs mois, est tombé dans le coma et a été hospitalisé à Paris. Sylvie se rend au chevet de son frère très rapidement mais une hémorragie cérébrale emporte Eddie le 19 juin. Le chagrin de Sylvie est immense. Il est vrai qu'Eddie représentait plus qu'un grand frère à ses yeux. Il l'avait épaulée lors de leur arrivée à Paris, aidée à débuter et encouragée tout au long de sa carrière. Eddie était non seulement un de ses compositeurs préférés -il lui a écrit plus d'une cinquantaine de chansons de "M'amuser" à "Les robes" en passant par "L'ami des mauvais jours" et "Aimer"- mais il fut également son chef d'orchestre, directeur artistique, producteur... Eddie était surtout un conseiller de tous les instants, en studio comme en coulisses, qui manquera cruellement à la chanteuse.

Mausolée pour une garce

Les obsèques d'Eddie se déroulent à Loconville dans la plus stricte intimité. Dès le lendemain et malgré son chagrin, Sylvie rejoint le plateau de tournage à Lisbonne. Toute l'équipe s'efforce de lui donner le courage d'achever le téléfilm. "Mausolée pour une garce" est sélectionné en septembre pour être présenté "hors-compétition" en ouverture du Festival de la fiction à Saint-Tropez. La diffusion en prime-time des deux parties un week-end de novembre vaut à Sylvie un nombre impressionnant d'articles dans la presse, fait relativement rare pour un téléfilm. "Le Nouvel Observateur" se montre particulièrement enthousiaste. Dans plusieurs interviews, Francis Huster déclare quant à lui que par son talent et son timbre de voix, Sylvie peut être comparée à Jeanne Moreau. Comme lors des derniers shows télévisés de Sylvie, chacune des deux soirées sera suivie par plus de 5 millions de téléspectateurs, plaçant "Mausolée pour une garce" dans les meilleurs taux d'audience de France télévisions pour l'année 2001.

Sylvie Vartan

Après la mort d'Eddie, Sylvie semble renoncer à la chanson. Les deux années qui suivent, elle s'isole et se consacre à l'éducation de Darina. A l'occasion des réaménagements de ses résidences parisienne et californienne, Sylvie retrouve des carnets qui la replongent dans son passé. Avec la perte de son frère et la conscience du temps qui passe, elle accepte finalement ce qu'elle avait jusque là refusé, malgré les invitations pressantes de son ami et éditeur Bernard Fixot : l'écriture de mémoires. "Si je chante" sorti en 1981 était un album souvenirs. "Entre l'ombre et la lumière" est une véritable confession qui évite toutefois le sensationnalisme racoleur ou le règlement de comptes (pas de name-dropping, hormis une évocation sincère de Johnny Hallyday).

L'accueil du public est extraordinaire : près de 200.000 exemplaires vendus ! "Entre l'ombre et la lumière" reste n°1 des ventes dans la catégorie Essais pendant plusieurs semaines. Les raisons de ce succès sont multiples : si Sylvie est très connue des français depuis plus de 40 ans, elle ne s'est jamais encore véritablement livrée. Mais au delà de la curiosité, les lecteurs apprécient le portrait qui se dégage de ce livre : celui d'une femme fidèle à ses principes, droite et sincère.

A l'occasion de la promotion de son livre, Sylvie est reçue dans de nombreuses émissions de télévision, dont celles prestigieuses de Bernard Pivot, Paul Amar ou Philippe Labro qui ne dissimulent pas leur admiration.

Tout feu tout flamme

Parallèlement à la préparation de ses mémoires et en prélude à son retour sur scène, Sylvie sort un album étonnamment varié, produit par Paul Manners.

Pour son retour sur la scène du Palais des Congrès en septembre 2004, Sylvie veut renouer avec le style de spectacle qui a longtemps été sa marque de fabrique et offrir ainsi aux petites Ilona, Emma et Darina, le souvenir d'un concert haut en couleurs. Jean-Luc Azoulay, qui a été un admirateur de Sylvie avant de devenir son secrétaire jusqu'en 1976, produit ce nouveau show que tous deux veulent résolument flamboyant.

Le titre "Tout feu tout flamme" est donc une ouverture de circonstance. La mise en scène de Walter Painter, dense et danse, est jalonnée de magnifiques séquences photos et vidéos qui célèbrent la beauté incandescente de Sylvie. Accompagnée de jeunes danseurs survoltés, couverte des strass de Karl Lagerfeld, la sexy-génaire "ne plaisante pas avec ces choses là" ! L'hommage aux yeux de Bette Davis fait l'objet d'une chorégraphie lascive dans une première partie très rythmée. Rock puis slow, Sylvie évoque sa vie d'épouse et de mère (et n'oublie pas de saluer le dernier né, Cameron, fruit du remariage de David avec Alexandra Pastor). Pour finir, elle ressuscite le "bon temps du Rock N' Roll".

A chaque représentation, les spectateurs se montrent plus qu'enthousiasmés, leur nombre total dépassera d'ailleurs les cinquante mille. Lors des rappels, elle fait un clin d'œil à ses débuts dans cette même salle, 30 ans plus tôt, en reprenant "Toute ma vie", véritable hymne à l'amour qu'elle porte à la scène et à son public.

Sylvie Vartan

Les robes

Fait sans précédent pour une chanteuse, le Musée de la mode célèbre l'élégance de Sylvie dans le cadre d'une prestigieuse "Revue de mode", en exposant au Palais Galliera les tenues de scène et de ville de la célébrité la plus représentative de la mode de son époque. Les admirateurs qui se pressent à l'exposition ont ainsi le plaisir de retrouver de près les tenues créées pour elle par les plus grands couturiers : Réal, YSL, Michel Fresnay, Bob Mackie, Gianfranco Ferré pour Dior et Jean-Paul Gaultier. On s'aperçoit à cette occasion que Sylvie n'était pas seulement à la mode, mais qu'elle y a fortement contribué, avant d'incarner le glamour et l'élégance.

Au rythme du coeur

Sylvie Vartan

En mars 2005, lors d'une soirée organisée pour elle au Ministère de la Santé, Sylvie est faite Ambassadrice de coeur de l'Organisation Mondiale de la Santé. Cet événement exceptionnel vient saluer les actions entreprises depuis quinze ans par l'Association de la chanteuse en faveur des enfants démunis de Bulgarie.
Quelques jours après, un concert inattendu à Cannes permet à Sylvie et à sa troupe de retrouver leur spectacle avant de partir le présenter à Tokyo, devant un public toujours aussi fidèle.
A son retour, France 2 donne de nouveau carte blanche à la chanteuse qui présente elle-même son nouveau show TV déguisée comme au temps des Carpentier. C'est en groom qu'elle accueille successivement ses invités dans l'ascenseur d'un grand magasin. Les titres et les invités sont totalement différents des fois précédentes. D'où des duos avec Cabrel, Arielle Dombasle, Liane Foly, Isabelle Boulay, Roch Voisine et Bonnie Tyler.
La jeune génération reprend aussi ses titres : Jenifer, Lorie, Chimène Badi et Lara Fabian... L'humour est présent avec les interventions de son agent Dominique Besnehard et des jumelles Youpie et Toc venues faire un ultime clin d'œil aux Carpentier. Emotion garantie quand Sylvie chante avec sa fille Darina la chanson d'Eddie Constantine ("La mère et l'enfant")...

De l'ombre à la lumière

Fin 2005, Sylvie doit annuler ses projets afin de retourner à Los Angeles auprès de sa mère Néné dont la santé s'est dégradée. Sylvie sortira de son isolement afin de mobiliser l'opinion et les médias en vue de la libération des infirmières bulgares. Son appel sera entendu 18 mois plus tard.

Au Printemps 2007, Sylvie se voit proposer d'enregistrer un album de reprises des années 60 par sa maison de disques. Ce projet, simple et léger, lui apporte une parenthèse salutaire pour son moral. C'est ainsi qu'est enregistré "Nouvelle Vague", un album où Sylvie chante Richard Anthony, Françoise Hardy, Jacques Dutronc mais aussi les Stones ou les Beatles sous la houlette de l'arrangeur Phil Shenale.

A l'automne sort "Dans la lumière" une autobiographie de ses spectacles rédigée avec la collaboration de Eric & Christian Cazalot. Le livre est dédié à Néné, disparue deux mois auparavant. Sylvie sortira un livre en hommage à sa mère quelques années plus tard.

Surfant sur une Nouvelle Vague salvatrice, Sylvie remonte en février 2008 sur la scène du Palais des Congrès transformée pour l'occasion en un monumental Juke-Box imaginé par Yves Pirès. La formule est nouvelle puisqu'il s'agit non pas d'un spectacle avec danseurs mais d'un concert axé sur les sixties, mis en scène pour la première fois par Tony Scotti. Pour la première partie, Sylvie a commandé à Mine Barral-Vergès un costume façon Presley période Vegas. A côté des reprises de son dernier album, elle reprend ses incontournables dont 2'35 de bonheur en hommage à son complice Carlos décédé quelques jours plus tôt. Plus encline à l'autodérision en deuxième partie, Sylvie reprend des titres légers tels que que "Sha la la", "Shang shang a Lang", "Yaya Twist" et "Da dou ron ron". Puis elle invite le public à choisir les chansons qu'il souhaite entendre renouvelant ainsi chaque soir son tour de chant. Un "Souvenirs souvenirs" très gospel clôt ce concert.

Comme de coutume, ce tour de chant part en tournée au Japon, avant de revenir une dernière fois au printemps au Palais des Congrès pour une représentation exceptionnelle. A cette occasion, Sylvie invite David à monter sur scène chanter avec elle. En deuxième partie, Jean-Jacques Debout vient réveiller bien des souvenirs à travers un florilège des succès qu'il a composés pour elle.

Seule pour un soir

Sylvie Vartan

2009 marque plusieurs retours.

Un retour au bercail puisque Sylvie renoue avec la maison de disques de ses débuts Rca qui distribue "Toutes peines confondues", un album auquel ont collaboré Carla Bruni, Marc Lavoine, Frédéric Botton et Nathalie Reims. Pour ce nouvel opus, Sylvie reprend "La chanteuse a 20 ans" de Serge Lama et compose deux musiques "L'amour avec des sentiments" et "une lettre d'amour" dont Eric Chemouny est l'auteur.

C'est aussi le retour à l'Olympia pour un concert intimiste et des retrouvailles avec Johnny Hallyday. Ce dernier avait invité son ex-femme au stade de France en juin 2009 le temps d'un rock rugissant. Aussi Sylvie lui rend-elle la politesse à l'Olympia avec un medley de chansons d'Edith Piaf. Autre moment fort de ce récital, la reprise de "Mon enfance", un titre de Barbara qui semble écrit pour Sylvie. Ce concert sera aussi l'occasion de redonner une seconde vie à des perles oubliées de son répertoire "Sur un fil", "L'amour c'est comme les bateaux", "Un peu de tendresse", "Non je ne suis plus la même" ou "Je chante encore l'amour"...

Enfin, après un passage à Istanbul, Sylvie revient chanter à Sofia, presque 20 ans après l'émouvant pélerinage qui avait marqué les publics français et bulgare. S'ensuit une tournée jusqu'à la fin 2010.

Sylvie Vartan