Bio Sylvie Vartan - Les années 2010

Bio Sylvie Vartan

Septième partie : Les années 2010

Tout le monde l'appelle Sylvie

En septembre, Sylvie est le sujet d'une « fiction-variété » réalisée par François Hanss, Thierry Suchet, Benoit Di Sabatino (l'équipe de Mylène Farmer) et Camilio Daccache. Cette fois, Sylvie n'évolue pas sur un plateau de télévision mais sur un paquebot, le temps d'une croisière vers les Etats-Unis. 7 jours de tournages, 70 figurants, 200 costumes on été nécessaires pour ce film tourné en 35 mm. Au programme, des duos avec ses enfants et ses amis Françoise Hardy, Etienne Daho et Jean-Jacques Debout. La jeune génération vient également rendre hommage à Sylvie : Chris Garneau, Amel Bent, Sofia Essaïdi, Mathilde et Marie-Amélie Seignier et Camélia Jordana, entre des moments de comédie avec Chantal Lauby et Dave. Sylvie chante également des titres de son album en préparation. "L'Albatros", poème de Baudelaire adapté par Alexis Rault, clôt ce film musical.

Fin novembre 2010, soit un an après "Toutes peines confondues" qui marqua son retour chez RCA, Sylvie sort "Soleil bleu", un nouvel album inédit et prestigieux. Outre des chansons de songwriters de talent : Etienne Daho, Keren Ann, Doriand, Benjamin Biolay, La Grande Sophie… entre autres, Sylvie s'est entourée d'amis fidèles (Frédéric Botton) et d'artistes de la nouvelle génération le temps de deux duos inédits et étonnants. En tête, Julien Doré qui offre à Sylvie un titre envoûtant et surprenant. Tout aussi bluffant le duo en compagnie d'Arthur H. Tous deux viennent la rejoindre sur la scène du Châtelet le 5 décembre de la même année.

Sylvie Vartan

Après un détour par le théâtre Marigny au printemps 2011 ("L'amour, la mort, les fringues") où la comédienne surprend ses admirateurs par son naturel et la crudité de son langage, la chanteuse reprend les tournées. L'été, Sylvie se produit à New-York et Montréal puis, le 23 novembre, elle fête ses 50 ans de scène salle Pleyel, accompagnée de l'orchestre symphonique de Bulgarie. Cette représentation - unique dans tous les sens du terme - donne lieu à un CD et un DVD de qualité. Une tournée symphonique aura cours pendant l'été 2013

Nos retrouvailles

Presque 50 ans après l’enregistrement de "Sylvie à Nashville", Sylvie retourne dans la capitale de la musique country rock pour enregistrer aux Starstruck Studios, studios mythiques de Nashville. Ainsi un nouvel album étonnant intitulé "Sylvie in Nashville" voit le jour, produit par Michael Lloyd. Le jour de la sortie de l'album, la chanteuse donne un show case exceptionnel au Théâtre de Paris afin de présenter cet album aux fans et aux journalistes. La vraie rentrée scénique s'effectue en février de l'année suivante aux Folies Bergère. Au cours de deux représentations exceptionnelles, Sylvie mélange titres récents, anciens succès country ("Les chemins de ma vie", "Toi le garçon", "L'heure la plus douce de ma vie") et reprises réussies ("J'ai pleuré sur ma guitare", "Let it be me").

Retrouvailles sur le grand écran également puisque 20 ans après l'Ange Noir, Sylvie retrouve les plateaux de tournage grâce à Tonie Marshall qui lui confie le rôle de la mère de Patrick Bruel dans la comédie "Tu veux ou tu veux pas" qui sort à la rentrée de l'année 2014.

Sylvie donne quelques concerts au cours de l'été avant de fêter ses retrouvailles avec l'Olympia en avril 2015 pour deux représentations. Si la recette est la même, les ingrédients sont renouvelés. Au dernier album, Sylvie ajoute d'anciens titres jamais interprétés sur scène (("Cri de ma vie", "Les rendez-vous en secret" ou "Je pardonne"), de nouveaux titres ("Bye Baby", "Le temps d'un sourire", "Par amour pour toi") et de copieux medleys de ses succès.

Retrouvailles avec le théâtre également...

Une brune, une blonde

Au début de l'été 2015, Sylvie reçoit une proposition inattendue de la part d'Isabelle Mergault. L'agent de cette dernière a pensé à elle pour le rôle de Victoire Carlotta, une actrice qui vit recluse depuis 20 ans et souhaite écrire ses mémoires. Se présente alors Marcelle, auteure d'un livre de recettes, qui va tenter de l'aider à rassembler ses souvenirs à la faveur d'un voyage en Italie. Il s'agit enfin du rôle comique dont Sylvie rêvait, si bien qu'elle accepte immédiatement. Aussi l'été 2015 se partage entre les répétitions et les sessions d'enregistrement de son nouvel album.

Les représentations de "Ne me regardez pas comme ça" débutent à partir du mois de septembre au Théâtre des Variétés et rencontrent un grand écho médiatique et un vif succès public.

Sylvie ne délaisse pas la chanson pour autant puisqu'elle sort "Une vie en Musique", un album de 16 grands succès, enregistrés dans les 3 villes qui ont marqué sa vie : Sofia, Paris et Los Angeles. Elle en fait la promotion dans le cadre d'un Taratata spécial en janvier 2016.

Forever Sylvie

Sylvie réinvestit la scène de l'Olympia pour le 14ème fois en septembre 2017. Inspirée par la publication de sa discographie ("La plus belle pour aller danser" de Benoit Cachin qui paraît chez Gründ), la chanteuse décide de revisiter sa carrière en 40 (!) chansons, dans un spectacle nostalgique qu'elle a un temps envisagé d'appeler "Forever Sylvie". La première partie est axée sur les années 60 avec une incursion surprenante dans les années 70 : la reprise de "Danse la chante la" longtemps boudée sur scène par l'artiste. La seconde partie parcourt le reste de la carrière de Sylvie. En introduction, un film offre un condensé de tous les ballets qui ont fait sa marque de fabrique puis les tubes alternent avec des reprises inattendues ("Danse ta vie", "Le piège", "Dieu Merci", "ça va mal"...). Le succès n'est pas démenti.

En mars puis en avril de l'année suivante, Sylvie se produit au Grand Rex, salle qui lui tenait à coeur depuis longtemps. A cette occasion, elle modifie son tour de chant afin d'y intégrer une séquence-hommage à Johnny Hallyday disparu quelques mois plus tôt. Préférant oublier la polémique entourant la sucession du rockeur, Sylvie préfère ne s'attacher qu'à évoquer leurs tendres années. Suite logique de cet hommage scénique, un album "Avec toi" sort en novembre 2018.

Pas si facile à oublier

Sylvie Vartan représente plus que LA chanteuse des années 60 et 70. Avec le recul, on prend conscience qu'elle fut un véritable phénomène de société dans les années 60 et un modèle de professionnalisme par la suite. Elle apparaît aujourd'hui comme une femme de coeur qui a tout réussi. Les critiques ont fait place au respect croissant qu'imposent tant la singularité de sa voix et sa formidable présence sur scène que la constance de sa carrière. En somme, Sylvie fait aujourd'hui figure de chanteuse-culte.

Première interprète féminine de rock dans l'histoire de la variété française, chanteuse la plus collectionnée en France, recordwoman du nombre de scènes et de tournées sur 50 ans de carrière, elle n'usurpe pas ces titres.

Depuis quelques années, Sylvie est célébrée tous azimuts : sa vie, sa carrière ou style vestimentaire sont passés au crible par une dizaine de livres.

Son répertoire fait régulièrement l'objet de compilations, d'intégrales et de rééditions... Ces sorties en France mais aussi au Japon, en Espagne ou en Italie, attestent de la popularité et de la pérennité de son répertoire. Au pays du soleil levant, Sylvie réalise ainsi la plus grosse vente étrangère de l'année 2001, avec la compilation "Irrésistiblement" qui s'écoule à plus d'un million d'exemplaires. Sylvie ne fait d'ailleurs plus le compte des albums qu'elle a enregistrés, des disques qu'elle a vendus (40 millions !), ou des salles qu'elle a remplies partout dans le monde. Ni des décorations : Arts et Lettres, Ordre du Mérite, Légion d'Honneur...

Qu'est-ce qui fait durer les blondes ?

Certains ont expliqué la longévité artistique de Sylvie par ses atouts physiques : sa beauté, ses yeux de biche, sa moue boudeuse et ses accroche-coeurs blonds que tant d'adolescentes ont copiés sans oublier, ensuite, ses superbes jambes dévoilées par ses minijupes ou ses robes fendues ! "Les teenagers préfèrent les blondes" déclarait à son sujet "Juke Box magazine". Mais cela ne peut suffire à constituer une démonstration sérieuse...

D'autres ont lié sa popularité aux formidables supports dont elle a rapidement bénéficié : l'émission et le journal "SLC" de Daniel Filipacchi, l'Olympia où son grand supporter Bruno Coquatrix l'a si souvent et généreusement accueillie.

D'autres enfin ont fait valoir le travail dont elle est capable pour chaque concert, show télévisé ou disque qu'elle entreprend. Sylvie - qui a toujours eu l'honnêteté de reconnaître que ses progrès découlaient du travail qu'elle fournit - s'agace souvent de ce que l'on semble insinuer qu'elle pallie un manque de facilités par un labeur acharné. Car c'est désormais une évidence, le succès de Sylvie Vartan ne trouve tout simplement qu'une véritable explication : le talent.

Sylvie Vartan