Sylvie Vartan - Citations

Citations

Des mots d'amour



Georges ABER (parolier) :
"Déjà Sylvie avait une façon de chanter bien à elle ! C'est à ce moment là que j'ai su qu'elle allait réussir ou en tout cas qu'elle en avait la possibilité".

Keren ANN (chanteuse-compositrice) :
"Sylvie a une identité forte. C'est une "mama" particulièrement solaire, une diva dans le bon sens du terme. C'est un bonheur de créer un panoramique autour d'une telle voix". (2)

Richard ANTHONY :
"Très vite, il m'est apparu que cette fille allait faire une grande carrière....
J'ai rarement vu quelqu'un d'aussi ambitieux...
Sylvie avait le besoin de réussite chevillé au corps".
Sylvie est celle d'entre nous qui a le mieux réussi. Sans doute est-ce celle qui le méritait le plus. Par son travail, par sa constance, par sa fidélité et son respect vis à vis du public, par son adresse à avoir su éviter les faux pas. Pour avoir toujours sur refouler la haine pour ne donner que de la poésie et de la fantaisie". Déclaration extraite du livre paru chez Michel Lafon en 1994 "Il faut croire aux étoiles"

Arthur H (chanteur) :
"Chanter avec moi était un risque dans son monde à elle. J'avais des souvenirs de Sylvie dans les émissions des Carpentier que je regardais, gamin. C'est une diva. Et les divas, c'est drôle, c'est vivant. C'est un vrai personnage fantasmatique qui, en plus, a réussi à faire l'amour avec un mec lourd comme un cheval mort. C'est ce que dit la chanson de Johnny "Que je t'aime" , non ?" (2).

David ASSARAF (auteur-compositeur) :
"C'est quelqu'un d'important dans la chanson française, elle a quelque chose de Barbara, je trouve". (2)

Charles AZNAVOUR (chanteur-compositeur-interprète) :
"Sylvie est tout ce que j'adore sur scène : belle et spectaculaire".

Jean-Luc AZOULAY (producteur ex secrétaire de Sylvie) :
"Si je devais définir Sylvie en un mot : F O R M I D A B L E !!!"


Didier BARBELIVIEN : (auteur-compositeur-interprète) :
"Dans les 60' j'aimais vraiment les chansons de Sylvie et même si à l'époque, il n'y avait pas 50 chanteuses, Sylvie se démarquait déjà des autres... De dire que sous la cuirasse, elle est vraiment sensible, même si elle a tenu le décor en place toute sa vie avec une grande dignité. Le mot qui caractérise Sylvie, c'est le mot dignité". (1)

Brigitte BARDOT : (actrice-interprète) :
"Je l'adore ma Sylvie, petite soeur lointaine mais proche par tant de détails de vie, de souvenirs rigolos de notre jeunesse. Elle est bien plus sérieuse que moi, bien plus travailleuse que moi, bien plus fidèle que moi, mais quelque part je me retrouve en elle". Extrait de "Moi je joue" paru en 2017

Bruno BATLO (danseur) :
"D'emblée, je fus frappé par le charisme de cette femme. Une image qu'on ne chasse pas comme ça de sa tête. On m'avait dit que Sylvie était une bosseuse, et ça s'est vérifié. Elle bossait tout le temps ! Une vrai "pro" doublée d'une maman toujours aux petits soins, allant jusqu'à vérifier dans votre assiette, au restaurent, ce que vous mangez pour s'assurer que vous ne manquez de rien".

Francis BASSET (auteur-compositeur) :
"Sylvie avait un truc à elle, elle faisait fantasmer... j'étais fan. J'aimais le personnage. Aujourd'hui toutes les chanteuses chantent pareil, Sylvie s'est toujours détachée par rapport aux autres. Sa voix avait de la personnalité. Elle était raccord avec ce qu'elle est dans la vie. Il y avait un charisme". (1)

Micha BAYARD (comédienne):
"Ce qui est formidable avec cette fille, belle, talentueuse, qui était alors au sommet de sa gloire, c'est qu'elle n'avait pas la grosse tête. Sans citer de noms, ce n'était pas le cas de tout le monde. Je la voyais, et je la vois toujours comme une femme très belle et perfectionniste dans son travail. Elle ne faisait pas de manières, ce n'était pas la star exigeante qui tempête pour un oui ou pour un non. Un vrai bijou" !

Nathalie BAYE (actrice) :
"Cette femme est un paradoxe vivant. Sous une image blonde et sophistiquée se cache une petite fille candide et touchante qui m'émeut".

Bénabar (compositeur-interprète) :
"Sylvie Vartan présente et lointaine... 2mn 25 de bonheur sur ma playlist. J'ai également un attachement pour La Maritza aussi poignante qu'entraînante. Je la chante à mes enfants : lala la lala lalalaaaa !"

Pierre BILLON (auteur-compositeur) :
Douce, sensuelle, drôle et marrante. j'ai adoré travailler avec Sylvie Vartan pour qui j'ai écrit quelques chansons. Tout le monde était amoureux de Vartan. Celui qui dit le contraire est un menteur".

Ronnie BIRD (compositeur-interprète) :
" J'aime bien certains titres de Sylvie. C'est une des seules chanteuses françaises exportables. S'il y avait un spectacle français à présenter à l'étranger, il faudrait l'inclure d'autant plus qu'elle est prête à faire beaucoup de bonnes choses".

Marc BOHAN (couturier) :
"Je n'ai habillé Sylvie Vartan qu'à la ville. Première chanteuse dont je me sois occupé, elle était une cliente adorable, qui aimait qu'on lui présente les possibilités qu'offrait un modèle, les différentes étoffes... Guidée par une grande curiosité, ele n'avait pas d'à priori négatif et exprimait ses goûts sans jamais être dictatoriale contrairement à certaines clientes, je ne l'ai jamais vue faire de caprices. Sylvie vivait d'une façon décontractée qui n'avait rien de sophistiqué dans le mauvais sens du terme. Elle a toujours eu ce don du chic et a su, instinctivement, "enlever" une petite robe ou une jupe, leur donnant du chien par son allure et sa personnalité. Outre sa très jolie silhouette, Sylvie est sûre d'elle, à juste titre. Prenant les choses telles qu'elles sont, elle en joue de manière à ce qu'elles lui aillent. C'est une qualité à laquelle un couturier est très sensible"

Jacques BRACHET (journaliste) :
"La petite collégienne du twist de 17 ans venue de Bulgarie est devenue une grande star à force de persévérance, de travail, de courage, de passion et de talent enfin et surtout. Car on ne reste pas impunément en haut de l'affiche s'il n'y avait ni travail ni talent. D'autres sont montés très vite et sont redescendus de même. Elle, elle est restée, et à 60 ans, elle est superbe, flamboyante" !

Georges BRASSENS (poète, auteur-compositeur-interprète) :
"La petite Sylvie a eu des débuts peu convaincants : voix inintéressante mais plutôt voilée. Interprétation sans relief, et bien sûr, une matière première d'un calibre peu élevé. Mais des qualités exceptionnelles de professionnalisme, d'acharnement au travail et d'enthousiasme lui ont permis d'atteindre les objectifs louables : devenir une artiste de variétés performante, remarquable" ! De plus nos brèves rencontres lors de l'enregistrement du conte musical "Emilie Jolie" m'ont permis d'apprécier que cette jeune femme, qui était alors une très grande vedette, était par ailleurs d'un naturel chaleureux, charmante et très gentille"

Brigitte (chanteuses) :
"Pour nous, Sylvie c'est une moue, un costard Saint-Laurent ultrasexy, une crinière blonde et une voix grave : féline et émouvante."

Carla BRUNI (auteure-compositrice-interprète) :
"Sylvie m'inspire une certaine fascination. Il y a à la fois en elle une femme exquise et une grande dame, du fait de sa manière d'être, malicieuse, drôle et de l'admiration qu'elle suscite.... Sylvie est devenue un type de femme fatale qu'elle n'est pas dans la vie. Ni allumeuse, ni séductrice, ni joueuse. Le look de toute sa vie est celui de son adolescence. Cette espèce de charme fou, elle l'a encore."
"Sylvie la belle, drôle ou sérieuse, douce et rêveuse et douloureuse... intemporelle
Sylvie la femme, claire-ténébreuse, mère-fille-épouse ou amoureuse... de toute son âme
Sylvie l'icône proche ou lointaine, blonde et souveraine comme une lionne... ou une sirène
Sylvie la voix, basse et soyeuse, sage, mystérieuse comme soucieuse... comme le bois
Sylvie l'amie forte et fidèle jamais cruelle, jamais d'oubli, jamais d'effroi...
Sylvie la tendre et sa tendresse avant toute chose comme une promesse...
Sylvie l'unique, incorruptible, insaisissable, enchanteresse..
Sylvie l'enfant, Sylvie la mère, Sylvie le temps qui nous déchire...
Sylvie la jeunesse éphémère et Sylvie l'instant d'un désir...
Sylvie c'est toi, Sylvie c'est moi, l'ange gardien de nos histoires...
Sylvie de nos rêves d'ici-bas, de nos souvenirs dérisoires...
Alors voilà pour toi ma ritournelle pour toi ma Sylvie... éternelle." (4)



Benoît CACHIN (journaliste) :
"Je ne peux pas oublier ce jour où Sylvie m'a reçu dans sa loge. Dans ses yeux, de la tendresse, dans les miens du respect. Respect pour celle qui un samedi de juillet 1976 m'avait ébloui. Un coup de foudre artistique, d'un simple regard. Sylvie chante comme elle vit, intensément, avec son coeur."

Lydie CALLIER (danseuse-chorégraphe) :
"Sylvie était très aimée par l'ensemble des danseurs, pour la bonne raison qu'elle ne se mettait jamais en exergue. On voyait d'abord la femme avant de voir l'artiste. A aucun moment, elle n'a fait valoir son statut de star, et pour ça, chapeau !"

CARLOS (ex secrétaire de Sylvie, chanteur) :
"C'est une grande artiste et une femme adorable. J'ai été son secrétaire pendant une dizaine d'années. Elle m'a vraiment mis le pied à l'étrier dans la Chanson et je garde un super souvenir de nos 2mn35 de bonheur qui se sont transformées en 10 ans de joie ! Sylvie c'est une femme, un coeur, une star" ! Extrait de "Ma boîte à souvenirs" paru en avril 2008

Maritie CARPENTIER (productrice de télévision) :
"Sylvie est une grande professionnelle doublée d'une femme de coeur sensible et talentueuse. Nous l'avions aimée dès la première minute sans savoir qu'elle deviendrait une amie pour la vie". Extrait de "Merci les artistes"

Eric et Christian CAZALOT(auteurs de livres) :
"Sylvie ressemble à la troublante bête fauve que photographia Helmut Newton, instinctive et ne se laissant apprivoiser qu'avec difficulté. Femme généreuse, fatale aussi, caméléon sous les boules à facettes, elle offre, se reprend, malmène et attache intensément. Elle est une artiste mais un symbole surtout. Elle incarne l'image même de la féminité et de la modernité, indépendante et affirmée. Il n'y a pas de hasard. Ce sont à la fois ce pouvoir d'identification et son style inimitable qui l'ont consacrée, depuis ses débuts et au long de toutes ces décennies, comme une icône... Melle Vartan est incontestablement la dernière représentante d'une époque révolue, celle des vraies stars."

Jean-Louis CHÂLES (journaliste) :
"Il faut voir Sylvie Vartan sur scène où toute la démesure de son talent explose. N'oublions pas qu'elle est la première à avoir introduit en France les grands shows à l'américaine avec lumières sophistiquées et chorégraphies endiablées."

Henri CHAPIER (journaliste) :
"Dans sa froideur perfectionniste, dans le mystère qui l'entoure, dans le secret de ses passions, il ne faut voir aucun calcul, sinon que le naturel l'emporte sur tout le reste, et qu'en conséquence, le seul statut qui convienne à Sylvie, c'est d'être star."

Eric CHEMOUNY (journaliste, auteur de chansons) :
"C'est quelqu'un que j'aime beaucoup, humainement et artistiquement. Elle observe beaucoup les gens avant de leur accorder sa confiance et son amitié." (1)

Leonard COHEN (chanteur) : A propos de son album "Sylvie à Nashville" (1964) :
"Sylvie Vartan a enregistré un album en français à Nashville, je ne sais pas si vous l’avez déjà écouté, c’est un grand disque"
Extrait de "I'm your man" paru en 2016

Bruno COQUATRIX(ancien Directeur de l'Olympia Paris) :
"Avec ses longs cheveux blonds, sa souplesse et sa grâce, Sylvie apparaît comme une princesse revenue dans notre monde moderne pour personnifier l'image d'une certaine jeunesse : celle qui a l'amour du travail et le respect des valeurs morales. Le charme de son sourire efface dans le coeur des moins jeunes le poids des années passées et leur donne une palme de Chevaliers... ou de Dulcinées. Ainsi Sylvie conquiert tout un monde. Pourtant elle ne possède pas de baguette magique. Sa popularité, elle l'a acquise par son courage et sa ténacité. Sa voix n'a pas une très grande ampleur, mais Sylvie a su exploiter toutes les possibilités nuancées de ses cordes vocales, toutes les ressources de sa sensibilité. Les épreuves et les coups durs ne l'ont pas épargnée. Ils ne l'ont pas abattue. Elle a fait front, elle a lutté. Elle a gagné. Cette fleur d'Europe Centrale a su trouver en elle toutes les forces vives, la beauté, la finesse et le charme qui font d'elle une vraie fleur de notre Paris."



Jean-Loup DABADIE (Homme de Lettres, Académicien) :
"J'aime Sylvie parce que qu'elle ne se donne pas le mal de tromper qui la passe en jugement, parce qu'elle ne débite pas des phrases empruntées aux livres que lisent les autres, parce qu'on peut la lapider sans qu'elle ne se méfie jamais."

Camilio DACCACHE(journaliste) :
"Sylvie, à la fois muse et général de bataillon sachant exactement ce qu'elle veut, et comment tirer le meilleur de chacun tout en motivant ses troupes. Sylvie, pour qui d'ailleurs chacun se damnerait encore et encore, tout simplement parce qu'elle le vaut bien. Et parce que dans un environnement où grouillent egos surdimensionnés et jalousies féroces, elle réussit le miracle de briller tout en restant attentive aux autres sans la moindre once de malveillance. Rien que pour cela, chapeau l'artiste !"

Etienne DAHO(auteur-compositeur-interprète) :
"Sylvie a une personnalité intense. Elle donne beaucoup. Elle est très présente et diffuse une bonne énergie, stimulante pour un musicien. C'est toujours festif de chanter avec Sylvie. Elle a besoin d'absolu pour vibrer... Farouche, attachée à l'enfance, timide, nostalgique, volontaire, généreuse, telle est Sylvie."

Jean-Jacques DEBOUT (compositeur-interprète) :
"J'ai tout de suite vu que Sylvie deviendrait une reine du Music-Hall. Je me souviens que les gens me prenaient pour un fou, à commencer par Eddie Vartan ! Je ressentais en elle une artiste extraordinaire. Je me disais "quand le public la découvrira, il ne la lâchera plus, et il ira toujours la chercher". Sylvie est quelqu'un de rare. Tout le monde aime Sylvie, tout le monde est content qu'elle chante. Aujourd'hui, c'est une grande dame de la Chanson. C'est une fille intelligente et émouvante. Elle ne s'est jamais prise au sérieux. En revanche, elle fait son métier sérieusement. Au fond, elle n'en a jamais fait toute une histoire d'être Sylvie Vartan ! C'est sans doute sa force."

Pierre DELANOË (auteur de chansons) :
" J'ai pour Sylvie une réelle estime. C'est une belle artiste, capable d'animer un show de classe internationale. Elle est gentille et gaie. C'est un lieu commun que de vanter son esprit travailleur et son acharnement à réussir ce qu'elle entreprend. Mais c'est aussi une fille "bien". Chaque fois que je la rencontre, je me sens bien avec elle." Extrait de "La vie en chantant", livre publié en 1980

Gérard DEPARDIEU (acteur) :
"C'est aujourd'hui à coup sûr une grande dame de la Chanson Française."

Marlène DIETRICH (comédienne-interprète) :
"Cette fille n'est pas banale, elle ira loin."

Natalia DONTCHEVA (comédienne) :
"J'ai rencontré une femme d'une humanité, d'une profondeur...Sylvie elle vit pour les autres. Elle est d'un professionnalisme incroyable. J'ai rencontré au cours de ma carrière deux ou trois célébrités. Sylvie n'a jamais utilisé son statut de vedette. Ce qu'elle voulait, c'est qu'on soit tous ensemble."

Renaud DONNEDIEU DE VABRES (ex Ministre de la Culture et de la Communication 2004-2007) :
"Sylvie Vartan, "idole des jeunes", aimée et respectée des Français, vous êtes l'une des ambassadrices de la chanson comme de l'élégance françaises dans le monde... Vous portez haut les couleurs de notre langue, de notre culture, mais aussi nos valeurs de solidarité, de fraternité. Vous avez écrit les plus belles pages de la chanson française, à laquelle vous avez offert un immense rayonnement international. Vous serez toujours pour nous, à l'évidence, La plus belle pour aller danser."

DORIAND (compositeur-arrangeur) :
"Sylvie a une vraie sagesse, elle ne se regarde pas souffrir, c'est sa force. C'est une artiste lumineuse. Elle ne se plaint jamais, elle ne parle jamais des moments difficiles qu'elle a traversés. Elle a une espèce de saudade, de mélancolie des gens de l'Est, des méditerranéens aussi. Elle aime les bonnes choses, elle est épicurienne. Elle me fait rire, c'est un soleil." (2)

Julien DORÉ (auteur-compositeur-interprète) :
"Sylvie est une jolie rencontre dans ma vie. Elle a belle âme et a gardé un côté pur et très juvénile... elle a traversé et vécu tellement de choses, je suis épaté de sa simplicité et de sa gentillesse."

Roger DUMAS (comédien, auteur de chansons) :
"Sylvie, c'est une lumière. Elle a la flamme que seuls les grands possèdent. C'est quelque chose qui ne s'invente pas, on l'a ou on l'a pas ! On était tous un peu amoureux d'elle comme à l'école on en pince pour la même fille, celle que tout le monde aimerait avoir. On ne pouvait pas succomber à son charme. Elle était ensorcelante, Sylvie. J'aimais lui mettre des mots dans la bouche, lui inventer des situations, des décors; je le voyais évoluer dans mes mots comme un couturier voit son modèle tournoyer dans ses robes. Elle fait partie des bons moments de ma vie."



Daniel ERSAND (romancier) :
"Il y eut "Par amour par pitié", et la blonde Bulgare fut la princesse de mon adolescence; boudeuse, charnelle, et le regard triste, et des jambes sublimes. Et sa voix m'électrisait, m'électrise toujours. Pourquoi ? Je l'ignore, demandez à mon coeur".



Liane FOLY (chanteuse-imitatrice-animatrice) :
"J’aime Sylvie, la femme et l’artiste, son talent, sa pudeur, sa simplicité, sa positivité, sa classe naturelle, son franc-parler. Elle ne triche pas. Nous nous connaissons depuis de nombreuses années et elle sait mon admiration et mon attachement d’âme sœur même si nous ne nous voyons pas autant que nous le souhaiterions réciproquement. Elle représente et défend de belles valeurs de liberté, d’indépendance, de tolérance, de désir permanent. Préférée des intellectuels, muse des cabarets transformistes, adulés par ses fans transis, Vartan est un modèle. On la pastiche, on s’identifie à elle, on la copie, on la caricature. Belle, resplendissante mais aussi bouleversante dans l’interprétation ciselée de ses ballades intimistes, elle reprendra Barbara, Brel. Ce grand écart est une totale réussite. Sylvie aime les challenges, les défis, l’échange avec le public, les voyages, elle transmet de la douceur. Elle nous est "familière ». S’il y avait une chanson, une seule, à choisir pour la définir, j’opterai pour le sublime texte si original que lui a écrit Jean-Loup Dabadie "Aimer". Sylvie le conjugue si bien, ce verbe aimer, et à tous les temps. Je souhaiterais la remercier, l’honorer, l’applaudir, la féliciter, l’encourager, l’espérer la chérir et l’aimer, l’aimer, l’aimer".

Frédéric FRANÇOIS (compositeur-interprète) :
"Quelle fille ! Elle appartient à la race de ceux (et de celles) que l'on appelle des "bêtes de scène". Ne vivant que pour son métier et ceux qu'elle aime, elle rejoint actuellement les mythes, les monstres sacrés ; ce qui prouve qu'elle plaît énormément. Je ne parlerai pas de sa carrière. Elle a fait ses preuves et je n'ai qu'un mot à dire : BRAVO !"

Elodie FRÉGÉ (auteure-compositrice-interprète) :
"C'est une ensorceleuse qui danse autant qu'elle sait émouvoir."

Michel FRESNAY ((styliste, couturier) :
"Indéniablement, Sylvie est celle qui ma le plus intéressé, surtout en tant que personnage. C'est quelqu'un d'aimable, de très gentil. Une femme comme l'on en rencontre rarement, surtout dans ce métier, très fidèle en amitié. Simple, belle, intelligente, accessible et farouchement indépendante,Sylvie ne posait de barrières qu'autour de sa vie privée. La préservation de son intimité, c'est une règle d'or pour elle. Elle a horreur que l'on pénètre dans son jardin secret. Horreur".



Serge GAINSBOURG (auteur-compositeur-interprète) :
"Sylvie est un bijou ! C'est une grande. Elle excelle dans la chanson, la danse et même la comédie, ce dont fort peu d'artistes en France sont capables".

Jean Paul GAULTIER (styliste-couturier) :
"Sylvie Vartan a marqué ma jeunesse : c'est "La Maritza", icône de mode. Elle a toujours su surpasser les époques et les modes. Travailler avec elle fut une expérience comme elle : unique !"

Franck GÉRARLD (auteur de chansons) :
"J'ai toujours suivi la carrière de Sylvie avec admiration que je n'avais pas forcément au début... Mais j'ai été très vite émerveillé par son professionnalisme. C'est une bosseuse extraordinaire."

Nelly GIRAUD (habilleuse) :
"Pour l'avoir suivie à Paris et sous tous les chapiteaux de France, au Japon, aux Etats-Unis, au Brésil et ailleurs, et pour avoir été à ma plus grande joie au service des plus grands, de Mylène Farmer à Johnny, en passant par France Gall et Yves Montand, je puis affirmer que c'est une fille bien. Elle a besoin d'une confiance absolue dans les gens avec qui elle travaille."

Chantal GOYA (chanteuse) :
"Sylvie je l'adore ! Nous avons élevé nos enfants ensemble. J'ai peu d'amis dans ce métier, mis à part Charles Trénet avec qui je dînais régulièrement, Johnny, et Sylvie qui a accouché de David en août 1966 et moi en juin de Jean-Paul. Lorsque Jean-Jacques (Debout) a rencontré Sylvie, elle n'avait que 14-15 ans ! Il était très ami avec son frère Eddie, et vous savez, lorsqu'on partage des liens comme ça, c'est indestructible."

LA GRANDE SOPHIE (auteure-compositrice-interprète) :
"Tout le monde sait que j'aime beaucoup Sylvie et que je voulais écrire pour elle depuis longtemps. Un jour j'ai entendu dire que Sylvie cherchait des chansons pour un futur album. J'ai donc écrit "Personne" sans connaître Sylvie mais avec les idées que j'avais d'elle... Je me reconnais tout à fait dans l'image d'une grande amoureuse fidèle. Comme Sylvie, je pense !" (2)

François GRANON (journaliste) :
"Sylvie Vartan est la star familière, pas celle qu'on admire, celle qu'on aime. L'étoile qui vient de la Terre et non du Ciel. C'est une file craquante. C'est vrai."

Juliette GRÉCO : (chanteuse-comédienne) :
"Les nouvelles chanteuses yé-yé étaient ravissantes. Françoise Hardy était absolument magnifique, Sylvie Vartan aussi, un plaisir des yeux. Et puis toutes ces chansons n'étaient pas si idiotes : Sylvie Vartan chantait des choses extrêmement bien écrites. "Comme un garçon" c'est plein d'humour, mais on ne faisait pas le même métier. Je l'ai d'ailleurs dit un jour à un journaliste qui s'était empressé de lui rapporter sous une couleur qui n'était pas celle que je désirais. J'avais juste dit "Melle Vartan et moi ne faisons pas le même métier". C'est un fait. Moi je ne danse pas, je ne monte pas mes jambes et je ne suis pas blonde ! Les gens aiment bien les clivages... Pourquoi ? "

Jerryka JACQUES GUSTAVE (choriste) :
"Je l'aime toujours ma madone. Je lui dirais "allez Sylvie on refait des concerts, on repart" ! Cette femme est très belle, magnifique."

Arnaud GUYOT-JEANNIN (journaliste) :
"Une beauté froide et aristocratique alliée à un regard mystérieux et pénétrant, la blondeur angélique de ses cheveux se couplant à une silhouette ensorcelante, telle apparaît Sylvie Vartan qui captive aussi son interlocuteur par un charme mélancolique très slave, une voix à la fois distincte et distinguée, ainsi qu'une gestuelle doublée d'une grâce infinie. Son visage contient une telle émotion et une telle timidité justement retenues que l'on éprouve la sensation d'assister à une transmutation de son être. Son allure sensuelle et ses paroles inspirées troublent toujours nos contemporains."



David HALLYDAY (musicien-compositeur-interprète) :
"C'est la maman que tous les enfants rêvent d'avoir : attentive, attendrissante, juste, loyale, sensible... enfin tout ce qu'un enfant a envie d'avoir près de lui. En grand-mère, oui, elle est un peu gâteuse quand même, mais là encore elle est toujours juste. Je pense qu'elle aurait pu être une avocate brillante, elle a le sens de l'équité. C'est un don chez elle et grâce à ça, elle a fait peur à beaucoup de gens néfastes dans notre entourage."
"Ma mère a toujours une côte de popularité importante. Les émissions qui lui sont consacrées ont toujours du succès. Elle a su durer et elle a mené une carrière internationale. Pour une femme, dans ce métier, c'est très rare. Elle a eu une vie tumultueuse. mais les gens passionnés ont forcément un rapport extrême avec l'existence. "
"Avec moi, elle a toujours été hyperprotectrice. A juste titre, d'ailleurs... même si je vous disais que je trouvais ça trop excessif à l'époque ! Elle a toujours donné beaucoup d'amour. Et à tout le monde, pas seulement à moi ! Ma mère est quelqu'un de très juste. De très têtue, aussi. C'est quelqu'un d'exceptionnel, qui donne beaucoup. En fait, elle a tout du Lion : juste, droite et impulsive."

David HALLYDAY : Interview Michel Drucker - Vivement Dimanche France 2 - 04 avril 2004 / 2ème déclaration "Questions De Femmes" - juillet 2007

Johnny HALLYDAY (chanteur-acteur) :
"Avec Sylvie notre relation amicale a mis des mois avant d'évoluer. Jusqu'au jour où j'ai réalisé que je l'aimais comme je n'avais jamais aimé aucune femme. Sans qu'il ne se soit passé rien passé entre nous. Son absence m'était intolérable."
"Sylvie je la préfère à tout. Elle est ma préférence à moi comme le chante si joliment Julien Clerc."
"Sylvie, selon l'homme que je suis à présent, c'est : la femme, l'avenir et l'aventure".
"Nous sommes, nous serons toujours très proches, Sylvie et moi. Amis. Complices. Les années 60 nous ont précipités dans un tourbillon vertigineux. Tous les deux, nous avons dévoré l'existence et les succès en vivant la plus belle des passions. On nous associera toujours et c'est bien. Je n'oublierai jamais ces dix sept années de vie commune et David".
"Vous aimez Sylvie. Je l'aime aussi !"

Sources : "Sylvie je la préfère à tout"... Johnny Raconte Hallyday - Ed. No1 Filipacchi - août 1979 / "Sylvie et moi les années 60.nous ont précipités..." Interview Paris-Match No 2299 - 17 juin 1993 / "Vous aimez Sylvie. Je l'aime aussi" - Olympia 2009

François HANSS (réalisateur) : "J'ai découvert une femme avec des valeurs, le sens de la filiation, des choses à dire et à transmettre. En résumé, j'ai découvert une femme exceptionnelle au delà de l'artiste. "
(2)

Françoise HARDY (auteure-compositrice-interprète) : "Vu de l'extérieur de mes années 60, Sylvie avait tout ce que je n'avais pas : beaucoup de volonté, de cran, mais aussi de féminité... l'art d'occuper la scène, de s'habiller, de se mettre en valeur... entre autres. D'une grande simplicité dans l'intimité, elle assumait bien mieux que moi ce qui était de l'ordre de la représentation, capable de se comporter en véritable star quand les circonstances l'exigeaient."
Extrait de "Le désespoir des singes... et autres bagatelles" publié en 2008 "Je crois que nous représentions chacune, un type de fille différent. Nous n'en étions pas conscientes, mais rétrospectivement c'est flagrant.. Je me suis toujours bien entendue avec Sylvie. Elle est comme moi quelqu'un de très naturel et spontané. Je peux la perdre de vue pendant dix ans sans jamais m'en éloigner vraiment. D'avoir vécu les mêmes choses au même moment créée des liens presque familiaux."
"Sylvie a une force de volonté incroyable. Moi, si j'ai envie un jour de faire quoi que ce soit avec quelqu'un et que je sens la moindre réticence, je n'insiste pas, je m'excuse même avant de partir en courant... Alors que Sylvie, c'est le contraire. Du moment qu'elle a décidé quelque chose, elle ne tient pas compte des réticences et réussit à imposer sa volonté".

Francis HUSTER (acteur-comédien) : "Comme Jeanne Moreau et Line Renaud, Sylvie a une terrible rage de vivre. C'est ce qui la rend précieuse. Elle a quelque chose de très personnel, de très rare. Si elle avait été américaine, elle aurait fait une carrière comme celle de Monroe".



Benoît KAUFMAN (arrangeur-chef d'orchestre) :
"Je crois que Sylvie a toujours été gracieuse et qu'elle a eu sa part du gâteau. Elle est très sérieuse, elle s'intéresse beaucoup à ce qu'elle fait. Elle est toujours là, elle fait son truc et il y a toujours des fans. Cette fille est incroyable, et je ne la vois pas dans un rôle de Mamy."



Philippe LABRO (journaliste-écrivain-metteur en scène) :
"Sylvie peut tout chanter, La Maritza ou autre, comme Johnny. Ils symbolisent tous deux ce qui fut un des tournants de la chanson française. Sylvie est restée une artiste, cohérente dans ses choix de musiques et de paroles, tout en devenant une femme accomplie et équilibrée. Même si nous nous voyons rarement aujourd'hui, nous avons gardé ces souvenirs communs de nos conversations, rencontres, rires - j'aime beaucoup son rire, d'ailleurs - .J'éprouve à son égard, non seulement de l'admiration, mais une grande affection. Sylvie, c'est un des grands chapitres de la chansons française".

Alain LANTY (compositeur-pianiste) :
"J'ai surtout un grand respect pour le parcours de Sylvie. On ne peut pas faire une carrière comme la sienne sans humilité, sans humanité, sans travail et bien entendu sans talent."

Jacques LEBLANC (journaliste rédacteur en chef de JuxeBox Magazine) :
"Boudeuse ou rayonnante, rockeuse ou glamour, naturelle ou sophistiquée, Sylvie irradie. Depuis plus d'un demi siècle, elle berce notre vie grâce à un parcours exceptionnel, allant de l'Amérique du Sud au Japon, en passant par l'Italie, les Etats-Unis... certainement le seul réalisé par une artiste française, tout cela avec un panache flamboyant."

Hubert LE FORESTIER (ancien secrétaire de Sylvie) :
"C'est une grande dame de coeur pour au moins trois raisons : d'une part parce qu'elle est foncièrement bonne et honnête; elle a toujours parlé sincèrement avec son coeur, à la fois à son public et à son entourage. D'autre part, elle a toujours porté chance aux gens avec qui elle a travaillé quels qu'ils soient : producteurs, musiciens, habilleuses, chauffeurs, régisseurs techniciens, secrétaires, comme moi ou Jean-Luc Azoulay par exemple. Enfin, Sylvie est d'une fidélité à toute épreuve, et ce, malgré quelques trahisons (dont j'ai été témoin) qu'elle a vécues. Mais ses amis de toujours sont encore présents aujourd'hui. Privilégier sa famille lui permettait de garder la tête froide." Extrait de l'interview accordée au site officiel" en 2002

LIO (chanteuse-comédienne) :
"Sylvie, c'est quelqu'un qui me fait complètement craquer. Elle a un charme fou."

Guy LUX (producteur-présentateur de télévision) :
"Lorsque je faisais mes émissions (Le Palmarès des Chansons, Cadet Rousselle et bien avant, d'autres encore), j'avais pour Sylvie un regard que seuls l'admiration et peut-être aussi le pouvoir d'une séduction peuvent susciter. Qui n'a pas pu résister aux charmes de Sylvie, au point qu'on aurait pu tomber jaloux de Johnny."



Michel MALLORY (auteur-compositeur) :
"Sylvie a une force incroyable, une forme de magie. Pour elle, je fais du sur mesure. Si elle aime, elle donne quelque chose de sublime... elle est très pudique, mais je la connais par coeur, nous n'avons pas besoin de nous parler. Elle fait passer des choses incroyables dans ses chansons."

Paul MANNERS (musicien-arrangeur) :
"Sylvie a traversé des difficultés à plusieurs périodes de sa vie de femme ou d'artiste, et aujourd'hui, on est face à une femme d'une sagesse et d'une sérénité exemplaires."

Interview Internet - juillet 2006

Charley MAROUANI (imprésario) :
"J'ai tout de suite vu en Sylvie une graine de star. Elle était belle comme un coeur, fraîche, jeune et jolie; elle bougeait bien, c'était très mignon. Si je devais garder qu'une image de Sylvie, ce serait celle de la mère. Elle a su s'occuper de tout le monde avec une abnégation incroyable. Elle a tout porté à bout de bras et c'est une qualité qui n'a pas de mot, pas de prix. C'est une femme admirable en tout point. Elle sera toujours ma petite fille, mon "petit bébé"."
"Elle est sans doute la chanteuse française qui a attiré le plus grand nombre de spectateurs dans le monde, tant en France qu'au Japon, en Amérique du Sud, en Italie, au Canada, en Turquie ou en Allemagne." (2)

Dominique MARTINELLI (choriste) :
"Si elle n'est pas speed, et plutôt du genre cool mais concentrée dans le travail, Sylvie est une bosseuse, c'est quelqu'un d'organique, d'instinctif. Elle ressent les gens. Un vrai scanner ! Dans le même temps, elle a quelque chose de l'enfance qui fait qu'on ne peut pas ne pas l'aimer. Elle est choubidou Sylvie, très attachante, voilà, c'est le terme, quelqu'un d'attachant avec une énorme couche de pudeur. Et ce qui est fort, c'est qu'elle n'est pas "star" pour deux sous. En outre, elle porte l'héritage du Music-Hall qui malheureusement se perd. Et moi, j'adore. Sylvie fait ce métier comme on devait le faire à l'époque : sérieusement sans se prendre au sérieux."

Isabelle MERGAULT (réalisatrice-scénariste-comédienne) :
"Sylvie est une icône. Pour ma pièce "Ne me regardez pas comme ça" son image collait parfaitement à ce personnage de star cloîtrée chez elle. J'ai été étonnée par sa simplicité. Pour vous dire on s'est tapé une bière dans le bistrot du coin ! Elle s'est montrée très enthousiaste, toute excitée. C'est quelqu'un de réservé qui ne demande qu'à lâcher la bride. Ce qui me surprend chez elle c'est sa puissance de travail !"

Eddy MITCHELL (compositeur-interprète-comédien) :
"Sylvie était dans le circuit depuis un moment. Elle était un amour, un bonbon. Je l'aimais beaucoup. D'abord, c'était une fille très jolie, ce qui ne gâchait rien, et qui a tout de suite montré qu'elle possédait une force et une intelligence assez incroyables pour pouvoir traverser cet ouragan permanent dans lequel elle s'était retrouvée coincée suite à son histoire d'amour avec Johnny. Elle avait un détachement par rapport à ce métier qui était peu courant. Elle n'avait pas forcément envie de chanter au début, elle rêvait plutôt d'être comédienne. Elle savait pertinemment que chanter nécessitait pour elle un effort, que ce n'était pas simple. Elle s'est donc livrée à une sorte de bataille personnelle. Et comme c'était déjà une conquérante et une travailleuse, elle a réussi à mener sa vie professionnelle et à s'accomplir artistiquement." Extrait de l'ouvrage : "Il faut rentrer maintenant"

Frédéric MITTERRAND (écrivain - ancien Ministre de la Culture et de la Communication) A Sylvie :
"Sachez que je ne vous ai jamais perdue de vue. même quand il y a eu l'accident, l'Amérique, votre remariage ou David; dans les sales moments, dans ceux qui vous rendaient heureuse, et puis dans ces autres-là que je n'aimais guère, où l'on pouvait penser que vous ne vouliez plus revenir. C'est là que la nostalgie ne joue plus et qu'on peut parler d'expérience. Je ne vous ai jamais entendue porter un jugement amer sur tel évènement ou tel compagnon de votre vie, jamais. Vous réservez vos critiques pour ceux qui font du mal aux autres. Ah oui, il ne faut pas vous parler de Dimitrov qui a tant fait souffrir vos proches, c'est-à-dire beaucoup de monde en Bulgarie, ni de certains magnats du spectacle qui traient les gens comme des kleenex, mais sur vous, vos peines, vos déceptions, et sur toutes ces petites trahisons qui tissent aussi le quotidien des jours, pas un mot, pas une plainte, ni un aveu. C'est bien d'être comme cela, alors que ce serait si facile de se comporter autrement quand toute la presse s'en montrerait si contente."

Frédéric MITTERRAND : Lettre à Sylvie Magazine ELLE - février 1991

Paul MEURISSE (acteur de théâtre-Sociétaire de la Comédie-Française) :
"Il y a plus de volonté dans un seul doigt de pied de cette jeune femme que de talent dans toute la personne de chanteuses qui font dans l'intelligence".

Franck MICHAEL (chanteur) :
"J'ai toujours eu un petit penchant pour le professionnalisme de Sylvie Vartan. Son style et ses chansons me correspondant aussi, et je rêve de faire un duo avec elle."

Jean-Baptiste MONDINO (photographe) :
"1961... dès les premières notes, les premières images, je fus conquis par cette jeune fille à l'allure garçonne, aux cheveux courts pour l'époque, avec cette mèche qui lui cachait un oeil, la bouche entrouverte qui révélait cette douce coquetterie, nommée diastème... J'ai eu la chance de photographier Sylvie en 2010. Toujours aussi belle, douce et radieuse, bien dans sa peau de femme, de mère, de grand-mère, sa bouche entrouverte avec ses dents du bonheur... Sylvie for ever. " "Son côté indifférent, traînant, fait qu'on l'aime. Je garde le souvenir d'une femme d'une extrême gentillesse, heureuse, ce qui est rare dans ce métier. Elle est intelligente, généreuse et bienveillante." (2)

Yves MONTAND (chanteur-acteur) :
"If you see her name on a marquee, anywhere, run, dont walk. See her !"

Marc MORGAND (chanteur-compositeur) :
"Pour moi, Sylvie est une interprète mythique."



François NARS (photographe) :
"Sylvie a toujours constitué pour moi, depuis mon enfance, une inspiration. Son style unique et tellement moderne a grandement influencé ma carrière. Avoir eu la chance de devenir son ami ces dernières années représente pour moi une immense joie. C'est toujours un intense plaisir de photographier Sylvie J'aime son extrême féminité, empreinte de force et de fragilité. Sylvie nous fait toujours rêver. Sylvie, tu es magnifique et je t'adore !"
Extrait de "Le style Vartan" d'Eric et Christian Cazalot paru aux éditions de la Martinière en 2015



Jacques OURÉVITCH (journaliste-homme de radio) :
"Sylvie volontaire, accrocheuse... Cette réserve que d'aucuns prendraient pour de la timidité, en fait c'est un formidable orgueil. Il l'a fait aller au bout de ses rêves. Elle donne souvent l'impression d'une fille d'autant plus dure, plus impitoyable avec elle-même, qu'elle a parfois à dissimuler sa tendresse, sa vulnérabilité.

Jacques OURÉVITCH : "Mes noces secrètes" - Ed. de la Table Ronde - 1969

A Sylvie :
Le livre de la vie est le livre suprême, qu'on ne peut ni fermer ni rouvrir à son choix; le passage attachant ne s'y lit pas deux fois, mais le feuillet fatal se tourne de lui-même : on voudrait revenir à la page qu'on aime. Et la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts". Lamartine. "Le livre de ta vie y est grand ouvert Sylvie. J'y vois des passages attachants. Des pages où l'on s'aime."



Walter PAINTER (chorégraphe américain) :
"Ma collaboration avec Sylvie ne m'a laissé que des bons souvenirs".

Albert PÉNOUEL (directeur de production) :
"Sylvie est la première artiste de variétés en France avec laquelle je travaille. Du point de vue professionnel j'en connais peu qui sont à son niveau. Des défauts ? je ne lui en connais pas, mais je ne vis pas avec elle, à moins qu'être perfectionniste soit un défaut..." (3)

Serge PERATHONER (musicien-compositeur) :
"C'est un plaisir de collaborer avec Sylvie. Elle est hyper professionnelle et nous entretenons des rapports privilégiés. Elle est très travailleuse, elle connaît ses textes, elle est très sérieuse. Je pense que Sylvie fait partie de notre patrimoine musical depuis toujours. C'est incontournable. Dans les années 60, on a tous été baignés par l'univers de Sylvie. Ça fait partie de notre vie. " (3)

Jean-Marie PÉRIER (photographe) :
"Je constate en revoyant mes archives, que c'est elle que j'ai le plus photographiée. Elle était étrangement belle, avec l'assurance des gens qui considèrent que la chance est un luxe qu'ils ne peuvent se permettre. Je compris pourquoi lors de notre premier séjour photographique à la montagne, quand je lui soutirai point par point les bribes de son passé. Moi qui était tant séduit par les gens partis de rien, j'étais servi. Sylvie et moi devînmes immédiatement et pour toujours des amis pour le meilleur et pour le rire. Oserais-je dire que nous avions des conversations dignes de gamines dans une cour d'école et, à chaque fois que je la retrouve, rien n'a changé, nous les continuons. Sachant d'où elle vient, je suis fasciné par son parcours et par ce qu'elle a réussi à faire de sa vie. Si c'est elle que j'ai le plus photographiée, c'est parce que c'est elle la plus gentille, celle qui m'a toujours aidé dans les voyages, les tournées, prenant de son temps pour faire mes photos malgré la fatigue due à son infernal emploi du temps de l'époque. Je lui en sais gré encore aujourd'hui. Un détail aussi : elle était la plus jolie !"

Jean-Marie PÉRIER : "Mes Années 60" Ed. Filipacchi - 1998.

"Ce qui me touche le plus chez elle, c'est son parcours, son humour, sa force de caractère et le profil de son visage". Nous avons tout traversé ensemble à distance plus ou moins proche, et, malgré les milliers de kilomètres qui séparent mon Aveyron de son Amérique, j'aurai toujours le sentiment de lui tenir la main. "

Roger PEYREFITTE (diplomate-écrivain-académicien français) :
"Boticelli a fait le portrait de Sylvie Vartan quand il a peint la Naissance de Vénus qui, selon le poète, verse sur nous "le rayonnement de sa jeunesse blonde". Mais ce n'est pas seulement Vénus qui charme. C'est Vénus qui chante, Vénus qui danse, et qui joint à la beauté les palpitations d'un coeur, la musique d'une âme, les ardeurs de la liberté." "Il est exquis de dîner avec elle, de parler avec elle, de la voir chanter, de la voir danser, de l'écouter."

PIERRE & GILLES (peintre & photographe) :
* Gilles : J'ai découvert Sylvie avec Tous mes copains... j'ai adoré la période Yves Saint-Laurent. Il a vraiment su créer quelque chose de fort, entre modernité et glamour... Moi, j'adore les Sylvie extrêmes. Garçonne ou vamp !"
* Pierre : Dans les années 60 je suivais sa vie comme on suit une héroïne de bande dessinée. Elle était la plus glamour et la plus sexy des chanteuses de cette génération. "
"Nous sommes toujours étonnés quand Sylvie Vartan déclare qu'elle n'aime pas faire des photos parce qu'avec nous, ça se passe toujours très bien. Elle s'amuse. Peut-être à cause de la théâtralité de notre démarche ! Elle est drôle aussi, c'est un truc que les gens n'imaginent pas.

Roger PIERRE (comédien) :
"Maritie et Gilbert Carpentier adoraient Sylvie, elle-même partageait leur conception du grand spectacle. Aussi ne lésinaient-ils pas pour qu'elle se sente aux Buttes Chaumont, lieu du tournage, comme chez elle. Ils la maternaient, la chouchoutaient, faisaient en sorte qu'elle bénéficie des meilleurs maquilleurs, d'une loge jolie et confortable où elle puisse se reposer. Sylvie était généreuse avec son équipe, elle nous conviait souvent à déjeuner dans les restaurants autour de la rue des Alouettes. C'était payé par la production, bien sûr, mais elle veillait personnellement à ce que tout se passe bien pour tout le monde. Une fille positive."



Philippe QUAISSE (photographe) :
"Sylvie est quelqu'un d'hyper énergique avec une vraie folie de vivre. Les dernières sessions à Nashville le prouvent encore. Elle est tellement plus jeune que tous les gens qui m'entourent et qui sont trentenaires ! Lorsque je suis avec elle, je n'ai absolument pas peur de vieillir. Souvent je me fatigue avant elle, elle vit à un rythme incroyable... bref Sylvie est lumineuse et magique !"



Jacqueline REMY (journaliste-écrivain) :
"On a l'impression de tout connaître d'elle, ses amours, ses épreuves, son accident de voiture, ses bonheurs familiaux, sa gentillesse inaltérable, son installation à mi-temps à Los Angeles. Les tubes de sa vie ont bercé la nôtre. Comme souvent, au creux de la star, palpite une personnalité plus riche et plus complexe. Derrière la chanteuse internationale, l'Amérique d'adoption, la Française qui revient voter à chaque élection, veille une petite Bulgare bouleversée. Sylvie Vartan est une fidèle. Ce n'est pas son genre de trahir. Ni ses amis, ni ses pays."

François REICHENBACH (cinéaste) :
"La véritable Sylvie Vartan, la femme, la mère, l'épouse sont bouleversantes. Personne ne peut mieux qu'elle parler de son enfance, de son père... de son fils. J'ai posé une question à Sylvie : "ton fils qu'est-ce que c'est pour toi ? " et elle m'a dit "je l'ai aimé à partir du moment où j'ai eu envie d'en avoir un". Cette réponse, c'est Sylvie mon amie."

Jean RENARD (auteur-compositeur-directeur artistique) :
"C'est cette chanson "La Maritza" qui l'a imposée définitivement. Et c'est avec cet Olympia 1968 qu'elle est devenue une grande vedette, une star. Sylvie, c'es la tendresse, la gentillesse, le savoir-faire, la danse, un beau corps de femme qui bouge... C'est aussi la voix qui n'était pas toujours très bien maîtrisée, on le sait tous, mais qui avait une vérité incontestable, la vérité des Slaves, quelque chose de profond. Ce n'est pas une parole comme ça en l'air. Jamais les choses ne marchent quand c'est du vent ! Elle avait cette voix rauque particulière, cette cassure slave qui la rendait unique. Sylvie était un diamant à multiples facettes elle l'a affirmé dès 1968 avec cet Olympia." ‌

Catherine RINGER (chanteuse) :
"Lorsque j'étais gamine, la seule qui chantait des chansons géniales de rock ou de rythm & blues, c'était Sylvie. Il y a plein de choses qu'inconsciemment j'ai empruntées à Sylvie Vartan, dans ma façon de chanter ou de reprendre le rythme."

Jean-Michel RIVAT (auteur-compositeur) :
"Sylvie m'a toujours inspiré, ce n'était pas difficile pour moi... "La drôle de fin" est significatif de ce que je pense d'elle : elle correspond dans ses attitudes à ce qu'aiment les hommes. C'est une icône et ça se voit dès le premier coup d'oeil. C'est donc un "support" exceptionnel pour un auteur. Elle existe avant d'être chanteuse."



Tony SCOTTI (producteur-directeur artistique. Depuis 1984 époux de Sylvie) :
"Elle est belle, honnête, talentueuse et loyale. C'est une travailleuse. Quand on arrive sur la préparation d'un spectacle, on n'a jamais à se soucier d'elle. C'est toujours la première aux répétitions et elle reste jusqu'à ce que tout soit parfait. Elle possède une forme d'entêtement. Si vous voulez qu'elle se plante, dites-lui que c'est facile. Mais si vous lui dites "ça tu n'y arriveras pas", elle va se dire "tu vas voir ce que tu vas voir"... et elle gagne !
"Sylvie est tout ce que l'on peut demander à une femme. Elle est douce et féminine, aussi forte qu'elle est fragile. Je ne vous dis ça parce qu'elle est ma femme, mais Sylvie est quelqu'un d'extraordinaire. L'amour qu'elle reçoit de son public est mérité, car elle est une personne exceptionnelle. Il faut que tout le monde le sache, elle n'est pas comme les autres. J'ai connu de nombreuses grandes stars, et j'ai toujours dit, je n'épouserai jamais une chanteuse ! Elles ne pensent qu'à elles avant tout. Mais pas Sylvie, elle pense aux autres avant de penser à elle. Elle ne s'occupe d'elle qu'ensuite. Sylvie n'est pas une personne extravagante, elle est très timide et n'aime pas se vanter, jamais. Mais moi je suis fier d'elle !"

Tony SCOTTI : Interviews : Michel Drucker Vivement Dimanche France 2 - 4 avril 2004 / Magazine NDTA "Hors-Série14" - 2011

Yves SALGUES (journaliste-romancier) :
"De toutes les figures de proue qu'aura créées le show-business en cette moitié de 20ème siècle, Sylvie Vartan est à coup sûr la plus attachante. ne serait-ce parce qu'elle incarne dans un corps de Baby Doll l'âme multipliée des héroines de Colette."

Jean-Marc SAGNES (Secrétaire général de l'Association Sylvie Vartan Pour La Bulgarie) :
"Je suis toujours plein d'admiration pour Sylvie. Au début, ça fait bizarre, par exemple à l'Olympia 1999, Sylvie était devenue mon amie et j'étais très proche, mais en même temps je vois cette artiste sur scène, l'icône de ma jeunesse. J'étais perturbé par tout ça, je ne savais plus trop où me situer. Heureusement depuis, j'ai remis de l'ordre dans ma tête, tout est rangé au bon endroit, et lorsque je vois Sylvie sur scène, je vois l'artiste, mais aussi l'amie en elle." (3)

Nicolas SARKOZY (ancien Président de la République Française) :
"Je voudrais qu'on l'applaudisse pour lui dire qu'on l'aime. Ce qu'elle fait pour les enfants bulgares, jusque dans sa propre famille, montre que c'est une personne extrêmement généreuse et humaine. Vous savez, dans la vie, il y a des gens qui disent "je ferai si j'ai le temps" et puis il y en a d'autres qui ne disent rien mais qui font. Voilà, Sylvie Vartan elle fait et c'est beaucoup pour le rayonnement de la France."

Gaëlle SARTRE-DOUBLET (Maître es Philosophie) :
"On la voit partout : Sylvie Vartan est de retour. Gaie, libre, fière courageuse et digne, elle se raconte tout en charme du bout des lèvres, fédérant autour d'elle un stupéfiant courant de sympathie. Sylvie est "tendance" et on la découvre, ô surprise, plus profonde que nous ne l'aurions imaginée."

Mathilde SEIGNER (acrice) :
"Sylvie, c'est une femme classe, d'une intelligence et d'une simplicité remarquables. Elle est belle, elle fait rêver et elle a un public à respecter. Je trouve extraordinaire avec tout ce qu'elle a vécu qu'elle soit restée une femme authentique. Elle a fait sa route. C'est quelqu'un de sain. C'est une femme que j'adore. J'aime bien être avec elle, j'aime bien sa présence. Elle est lumineuse. "

Yves SIMON (auteur-compositeur) :
"J'ai beaucoup aimé travailler avec Sylvie. A cette époque, je suis souvent allé la voir en concert. Je la connaissais depuis longtemps : on a toujours passé des moments formidables ensemble. C'est un bonheur de dîner avec elle. C'est la copine idéale ! Elle est charmante, drôle..."

Josette SUREAU (ancienne responsable du Fan-Club de Sylvie) :
"Son talent et sa beauté sont rares et elle sait admirablement les mettre en valeur... J'ai travaillé avec bon nombre d'artistes et je peux affirmer qu'elle est la seule dans ce métier à avoir atteint une telle envergure tout en restant aussi profondément humaine. J'en ai rencontré des mauvaises ! Ce n'est pas le cas de Sylvie."



Frank TÉNOT (Homme de radio-Critique de jazz) :
"Je n'ai jamais entendu Sylvie médire sur qui que ce soit, tant dans le métier qu'à l'extérieur. Pour elle, il y a de la place pour chaque talent et chaque talent a sa place. Une fille en or et une exception dans ce milieu."

Frank TÉNOT in "Le feu sous la glace" d'E. Bonini - Ed. Flammarion - 2004

Robert THOMAS, metteur en scène :
"Sylvie n'a pas encore vingt ans mais derrière elle, il y a des années qui comptent beaucoup dans une vie et des souvenirs qui pèsent lourd. Quatre metteurs en scène m'avaient déjà téléphoné avant la fin de la deuxième semaine de tournage. Quant à moi, elle m'a stupéfié ! Quand je l'ai choisie pour ce rôle après avoir reçu deux cent cinquante filles, je savais qu'elle était physiquement le personnage, mais je n'en attendais pas le quart : c'est un rôle très difficile, très varié psychologiquement. Elle joue avec une vérité extraordinaire, avec un goût de l'authenticité que j'ai rarement rencontré. Elle sent tout, c'est un "radar" ! Pour moi, c'est une nouvelle Marylin, elle en a la naïveté , la candeur, l'éclair de malice dans l'oeil... Et puis elle est si adorable quand on sait la prendre."

Jannick TOP (Musicien) :
"Il y a plusieurs facettes chez Sylvie. : le côté spectacle et paillettes et le côté famille. Sylvie sait garder ses distances avec les gens. Elle est très sensible et c'est plutôt une personne bien intentionnée. Je crois qu'elle se protège beaucoup. Globalement, elle est très franche." (3)

Robert TOUTAN (Attaché de presse-écrivain) :
"J'ai retrouvé Sylvie Vartan, toujours belle et souriante. Mon plus beau souvenir des artistes des années 60. Elle vient toujours vers moi les bras ouverts, malgré le temps qui passe."

Robert TOUTAN : "Le showbiz ? Si vous saviez" Ed. Pascal Petiot - 2008





Ilona VARTAN (maman de Sylvie) :
"Il en est arrivé des aventures à cette jeune fille, ou jeune femme, désormais personnage public en France. Moi, je ne me mêle pas trop de sa carrière. Je suis heureuse d'être la mère d'une personne aussi généreuse, aussi attentive. La chose risque de vous sembler démodée, je ne sais pas... n'empêche, Sylvie s'est montrée de tout temps, et continue de se montrer, respectueuse de sa mère à un point que je saurais dire assez bien. Elle me couve de cadeaux, ne manque pas une occasion de s'intéresser à moi, de me faire plaisir. Ce sont je crois des relations devenues rares. Pour moi elle restera à jamais, glorieuse ou non, une enfant profondément aimée."

Eddie VARTAN (musicien-compositeur, frère de Sylvie) :
"Je suis fier de ma petite soeur. Soyons honnêtes : si l'on m'avait interrogé sur le personnage qu'est devenue Sylvie en France, jamais je n'aurais avancé un pronostic indiquant qu'elle risquait de parvenir à une popularité aussi grande, ni aussi durable...
C'est exact, à ses débuts, j'étais là : en particulier lorsqu'elle a enregistré "I'm watching you" en 1963, ou "2mn 35 de bonheur" en 1967. Mais la preuve la plus évidente que Sylvie a découverte seule, à force de réflexions personnelles, qui elle pouvait être, et quels moyens, quelles techniques utiliser pour parvenir à cerner le meilleur d'elle-même, c'est que, pendant pas mal d'années, je me suis trouvé assez loin d'elle, et qu'en tout cas, je ne suis jamais intervenu dans ses options professionnelles.
S'il y a en 1980, sur le territoire français un "phénomène" Sylvie Vartan, je crois que seule, elle en a été l'auteur. Sur le plan vocal, elle a un timbre qui lui est propre, singulier, et c'est déjà beaucoup. Je veux dire par là que Sylvie n'a rien à voir avec de grandes vocalistes telles Shirley Basset, Barbra Streisand ou la défunte Callas... elle ne saurait y prétendre d'ailleurs. L'important c'est qu'elle ait (or ne la détient-elle pas ?) sa personnalité. Et c'est une fille merveilleuse. Je l'adore !"

Eric VINCENT (journaliste) :
"C'est vrai qu'il faut, maintenant plus que jamais, lui donner un nom à Sylvie. Elle a su, tout en conservant précieusement en elle la simplicité d'hier, mériter un nom - avec deux majuscules - dans la grande famille du music-hall international. Sylvie tout court, c'était le rock, les rêves dorés et l'idéal. Sylvie Vartan c'est une façon de chanter , c'est un art de vivre et de souffrir, c'est une artiste contemporaine au plein sens du terme.
Elle a un coeur gros comme ça. Et quand on la regarde, quand on se laisse imprégner de sa grâce et de sa fraîcheur, on est assez fier de se dire que, finalement, l'important n'est pas ce qu'elle a appris (et elle en a appris des choses !) mais ce qu'elle a en elle."



Christophe WILLEM (auteur-compositeur-interprète) :
"Elle est l'emblème du glamour éternel. Enigmatique et intemporelle."

Webmaster ([email protected]) :
"C'est très difficile de relier la femme sympa et naturelle que je commence à connaître avec la chanteuse glamour qui se met en scène. Il faudrait peut-être que je l'interviewe quand elle est en costume de scène pour réaliser que c'est une seule et même personne ! Sur le plan artistique, c'est sur scène qu'elle manifeste toute sa créativité, et sa capacité à se renouveler m'épatera toujours". (3)

(1) "Dictionnaire des chansons" de Benoît Cachin paru en 2005
(2) Livret Fnac de Soleil Bleu paru en 2010
(3) Hors-série n°06 du magazine "Nos Douces et Tendres Années" de septembre 2009
(4) "La plus belle pour aller chanter" de Benoît Cachin paru en 2017
Merci à Brigitte Deal pour sa contribution à cette rubrique

Sylvie Vartan