Sylvie Vartan - Laisse faire laisse dire

Critiques

Laisse faire laisse dire

"Faisons nôtre leur appréciation : la môme s’en tire vachement bien !"

(L’Est Républicain 1/3/62)"

"Le côté twist de la première partie fut confié à la jeune Sylvie Vartan, la collégienne du rock qui s’en sortit fort bien, évitant de tomber dans les déhanchés outranciers, ce qui ne l’empêchait pas d’avoir beaucoup de présence sur scène"

(L’Union 2/3/62)"

"Sylvie Vartan, miss twist, la collégienne du rock, explosive, vibrante, électrique qui avec ses 17 ans est déjà l’une des valeurs les plus sûres du music-hall"

(Ouest France 16/5/62)"

"Cette délicieuse personne est douée d’une bien jolie voix qui épouse parfaitement le déhanchement du twist…"

(L’espoir De La Côte D’azur 10/12/62)"

"On se souviendra de cette soirée qui aura été un bain de jouvence grâce à Leny Escudero, à Guy Laurie, à Harold, à Sylvie Vartan, qui furent excellents !"[/i]

(Le Dauphiné Libéré 3/12/62)"

"Le fait est qu’elle est chouette ! Jeune, jeune, jeune ! Une jolie petite bouille spirituelle. Du twist, de l’abattage, une voix juste, une fine silhouette « dernière nouvelle vague ". Si elle ne s’en laisse pas conter, elle peut faire son chemin, Sylvie ! "

(Le Berry Républicain 1/6/62)"

"Tout récemment descendue de sa voie lactée (17 ans), pour se joindre à ce gala des étoiles, Sylvie Vartan fait étalage d’une assurance monstre ! Elle a de l’aplomb cette petite là et sait jouer de la prunelle ! "

(Dernière Heure – 29/11/62)"

"Quant à Sylvie Vartan, elle a emballé le jeune public, nous pensons, par ses 17 ans très affranchis, sa sveltesse nouvelle vague, sa blondeur désordonnée, ses yeux candides et sa voix blasée. Multiples et impatients rappels dont elle remerciait timidement retrouvant au final sa vraie candeur de petite fille. "

(Le Provençal 9/12/62)"

"En revanche, Sylvie Vartan fut tout à fait dans le ton. Celle que l’on a surnommée « Melle Twist " sut à merveille exploiter les réactions du public. Ses 17 ans, son enthousiasme et son sens inné du rythme, furent ses atouts majeurs…/… L’accueil du public havrais fut édifiant sur la popularité de cette jeune étoile. "

(Presse Normandie 26/12/62)"

Toute blonde dans sa robe blanche toute simple, voici Sylvie Vartan au milieu de ses trois guitaristes et du batteur…/… C’est le Johnny Hallyday au féminin mais c’est justement dans la chanson où elle cesse de s’agiter qu’elle fut parfaite, « Tous mes copains " qu’elle sait dire avec sentiments "

(Angers – Courrier de l’Ouest 19/12/62)

Et puis c’est Sylvie Vartan. La collégienne du twist, avec ses 17 ans, a changé en quelques mois. Elle est devenue non seulement une fine jeune fille armée de distinction naturelle, mais une artiste déjà racée…/… elle garde son dynamisme et sa voix jeune qui parle de vacances. Elle reste toute simple dans sa petite robe blanche. Oh surtout qu’elle ne vieillisse pas trop vite ! Qu’elle ne devienne ni bêcheuse, ni sophistiquée ! Je ne crois d’ailleurs pas que cela lui arrivera. Sylvie Vartan, j’ai l’impression que c’est toute la génération des moins de 20 ans qui twiste et qui s’amuse, mais qui reste bien élevée. "

(Ouest France 21/12/62)

"Enfin apparaît Sylvie Vartan, blonde et blanche dans sa robe de voile bleu. Quelques sifflets et des "Ouh ! Ouh ! ". A la première chanson, du blacon tombe sur la scène, un citron. Sylvie n'a rien vu. Elle continue à chanter très fort dans son micro. On sifflera de moins en moins et on l'applaudira de plus en plus. On est tout de même fidèle à ses idoles à l'Olympia. Il faut convenir que Sylvie a fait des progrès et, surtout, elle est si jolie..."

Jean-Louis QUENESSEN à propos du spectacle de Sylvie à l'Olympia dans "FRANCE SOIR" le 18 janvier 1964.

"Sylvie Vartan a eu un succès spectaculaire hier au Monumental …/… Profil lisse et délicat, cheveux d'or et visage fragile, Sylvie, en fait, est une véritable question de fluide magnétique avec sa voix extraordinaire, qui excite l'assistance et qui sert si bien à la fois, les rythmes de danse les plus enlevés que les chansons plus mélodieuses et romantiques…. "

Quotidien portugais "Diario de Noticias" (14 mars 64)

A l’évidence Sylvie Vartan possède en tant que chanteuse populaire des qualités de charisme exceptionnelles qui enchantent les spectateurs et elle fait participer activement et physiquement le public à ses chansons dont le rythme est la raison d’être. Et lorsque qu’elle puise dans un répertoire plus sentimental ou romantique, que ce soit en anglais ou en français avec une aisance appréciable, elle démontre des qualités vocales et stylistiques qui dépassent nettement le niveau moyen dans le genre. Dès le début avec sa silhouette à la fois élancée et tendue, elle s’impose à toute la salle grâce à sa voix chaude qu’elle accompagne presque toujours de mimiques et de gestes adéquats. Son jeu de scène est remarquable, sa prestation excellente en règle générale...

"La Nacion", Journal argentin, le 5 juin 65

"Le musicorama dont elle a été la vedette, le 8 avril, a été sans doute le meilleur jusqu'alors avec celui de Jimi Hendrix et Eric Burdon. (...) Et on découvre une Sylvie chanteuse. Sa voix s'est étoffée, a pris de l'ampleur. Une voix dont je ne soupçonnais franchement pas les facultés. Elle semble se défier des difficultés. Il y a dans cette belle chanson, Le testament, des montées dangereuses dont elle se joue (...). Elle n'est plus une vedette pour magazine illustré, plus une idole. C'est une chanteuse. Elle a, ce soir-là, mis Paris dans la poche de son smoking. Ce soir-là, une chanteuse est née".

Pierre CHATENIER à propos du musicorama du 8 avril 1968 dans "ROCK & FOLK" en mai 1968.

"Elle chante, elle danse, elle charme, elle se révèle, à l'égal de son mari, une bête de théâtre et de cinéma probablement, pour peu qu'un bon réalisateur veuille et sache utiliser l'éventail de ses dons".

LE MONDE, 5 décembre 1968 (à propos de la série de concerts donnés à l'Olympia en décembre 1968).

Sylvie Vartan