Communiqué de presse – EP pour l’Ukraine

Sortie digitale le 13 mai – Sortie physique le 27 mai

« Quand j’ai vu les images de ce peuple ukrainien sous les bombes, en train de fuir, ce fut un choc. Inévitablement, cela a ranimé en moi beaucoup d’images et de sentiments intenses de mon enfance. » Par ces quelques mots, Sylvie Vartan résume l’émotion qui l’a submergée ce 24 février 2022 avec le début de la guerre en Ukraine.

Née le 15 août 1944 à Iskretz en Bulgarie, Sylvie fuit le pays sous occupation soviétique en 1952. Avec ses parents et son frère Eddie, elle découvre alors Paris et la liberté. « Je n’avais que 8 ans, mais mes souvenirs sont intacts. Je ne disais rien mais je captais tout. Et même si la situation était très différente car, nous, nous ne fuyions pas une guerre mais une dictature brutale, je comprends le ressenti du peuple ukrainien. C’est un étrange mélange de soulagement de fuir l’horreur, de peur de l’inconnu et de tristesse de laisser derrière soi son pays, sa famille, ses amis, sa maison sans certitude de retour… »

*À PROPOS DE L’UNICEF : L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus difficiles du monde, pour atteindre les enfants les plus défavorisés de la planète. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, partout, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail en faveur des enfants., visitez le site Unicef.fr

Comment aider ? Comment être utile ? Que faire pour donner un peu de chaleur et de soutien au peuple Ukrainien qui force l’admiration ? Sylvie n’a pas longtemps réfléchi en imaginant un EP de cinq titres dont les bénéfices seront intégralement reversés à l’Unicef au profit de l’Ukraine. « Là encore ce fut une évidence, ce peuple slave et voisin de la Bulgarie me parle, nous avons le même ADN. J’ai dans mon répertoire de nombreuses chansons qui évoquent de près ou de loin mon enfance et notamment l’exil, la résilience et la liberté. Très vite, j’ai décidé de concevoir cet EP avec l’aide de mon entourage et notamment Philippe Russo et mes fidèles musiciens Marc Périer, Michael Ohayon, Michel Amsellem, Olivier Baldissera et l’ingénieur du son Sébastien Gohier. Ils ont tout de suite répondu présent et nous avons réenregistré une de mes anciennes chansons “Odessa”. Quatre chansons complètent ce mini album : l’incontournable et cultissime « Maritza », une des dernières chansons de Sylvie de 2021, la magnifique « Le Bleu de la Mer Noire », le tube « Nicolas » et Imagine le standard de John Lennon qu’elle avait interprété lors d’un concert unique à Sofia en 1990.

Les titres de l’EP

La Maritza

Pierre Delanoé/Jean Renard

S’il existe une chanson autobiographique sur Sylvie Vartan c’est bien « La Maritza », du nom d’une rivière qui coule dans son pays natal, la Bulgarie. C’est en 1968 que Pierre Delanoé et Jean Renard écrivent et composent cet hymne à la liberté et à l’espoir. Pour cet EP, Sylvie a choisi une version du 23 novembre 2011 qu’elle interprétait à Salle Pleyel accompagnée par l’Orchestre Symphonique de Bulgarie. « Tony (Scotti, son mari, ndla) a eu l’idée de s’inspirer du “Boléro” de Ravel pour présenter une version inédite de “La Maritza”. L’ensemble est magique et donne un autre souffle à cette chanson qui résume mon départ de Bulgarie et l’espoir de la liberté. Autre symbolique, l’orchestre qui m’accompagne merveilleusement sur cette version. C’était très émouvant d’entendre ces musiciens jouer à Paris, pour beaucoup c’était la première fois qu’ils quittaient la Bulgarie. C’est une de mes versions préférées. » Pour l’occasion, Sylvie déclare en introduction un texte inédit qui explique les raisons pour lesquelles elle a eu envie d’aider l’Ukraine à travers ce disque.

Odessa

Jay Alanski

Chanté par Sylvie pour la première fois en 1998 sur son album « Sensible », « Odessa » tient une place de choix dans cet EP en faveur de l’Ukraine. « Je me suis souvenue de cette chanson qui est comme une évidence sur cet EP. L’histoire de cette femme qui laisse derrière elle l’Ukraine et sa ville Odessa pour rejoindre Paris. En revanche, j’ai voulu réenregistrer le titre pour le moderniser et lui donner une autre couleur. A présent les nouveaux arrangements de Philippe Russo sont en adéquation avec les paroles si sensibles de Jay Alanski. »

Le Bleu de la Mer Noire

Clarika/Jean-Jacques Nyssen

Cette chanson est une des dernières du répertoire de Sylvie, elle est éditée sur son album « Merci pour le regard » sorti en 2021. « Les paroles de Clarika me touchent tout particulièrement ! Elle résonne inévitablement avec “La Maritza”. C’est une façon poétique d’aborder le thème de l’exil, l’image est très forte, l’espoir de revoir un jour le bleu de la Mer Noire. Tous les exilés de la terre savent ce que c’est que de vivre avec les souvenirs de son pays natal. C’est un peu mon histoire forcément. »

Nicolas

Michel Mallory/S. Nagy Istvan – Peter Mate

C’est en 1979 sur son album « Déraisonnable » que paraît la chanson « Nicolas », un énorme succès à l’hiver 1979/1980. Adaptée d’une chanson hongroise (« Elmegyek ») par Michel Mallory, cette chanson a toute sa place ici. Dans une nouvelle version acoustique issue de l’album de 2015 « Une Vie en musique », « Nicolas » raconte encore un exil. « C’est l’histoire d’une femme qui se souvient de son premier amour laissé en Bulgarie. La chanson n’est pas autobiographique bien sûr, mais ramène inévitablement à la nostalgie du départ quand on laisse un être cher derrière soi. Ce fut mon cas avec mon grand-père que j’ai laissé sur un quai de gare pour ne plus jamais le revoir. »

Imagine

John Lennon

C’est le 6 octobre 1990 que Sylvie reprend le cultissime « Imagine » de John Lennon à l’occasion de son retour en Bulgarie pour un unique concert à Sofia. Devant un public qui sort tout juste de plusieurs décennies de dictature, debout et en larmes Sylvie interprète de façon très émouvante ce titre pour la liberté. « J’ai cru que je ne pourrais jamais la chanter jusqu’au bout. Cette chanson de 1971 se passe de commentaires tant elle représente la perfection en termes de paroles et de mélodie. Ce disque pour la paix était l’occasion de la retrouver. Avant de l’interpréter, Sylvie précise en bulgare « La chanson suivante est de John Lennon, et c’est l’une de mes préférées car elle parle d’espoir, de tolérance et de liberté. »

Propos recueillis par Benoît Cachin

Fiche technique Odessa
Basse et shaker : Marc Périer
Guitare acoustique : Michael Ohayon.
Guitare acoustique et mandoline : Philippe Russo.
Piano : Michel Amsellem.
Percussionniste : Olivier Baldissera.
Texte introductif sur « La Maritza » : Sylvie Vartan/Benoît Cachin.
Enregistré le mardi 12 avril 2022 et mixé par Sébastien Gohier au studio Plus XXX Studios à Paris.
Produit par Tony Scotti
Direction artistique : Philippe Russo.
Photos : François Nars.
Make up : Lena Koro.
Coiffure : Christophe Nicolas Biot.
Artwork : Jean-Jacques Billoré.

5 Commentaires

  1. Bravo Sylvie je l’achèterai je suis aussi enfant d’émigrer c’est horrible tout cela a notre époque

  2. Roland Foucart

    Excellente initiative.
    Bravo Sylvie.

  3. On a hâte de se procurer cet ÉPISODE.

  4. Je ne manquerai pas d’acheter cet album au style sobre et élégant, aux couleurs de l’Ukraine.
    Bien sûr, nous connaissons tous-toutes- ces chansons, mais elles auront un petit supplément d’âme pour le peuple ukrainien si courageux.
    Merci

  5. François Sudan

    J adore sylvie , mais je trouve dommage de n’avoir pas refait de nouvelles versions de ces 5 titres que juste Odessa .

Répondre à BOURDOT LEBAIL Elisabeth Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.