Françoise & Sylvie – Notre hommage

Nous apprenons ce jour la disparition de la chanteuse Françoise Hardy. Une belle et longue amitié la liait à Sylvie. Cette dernière a réagi sur les réseaux sociaux en ces termes : “Ma belle et tendre amie s’en est allée. Tristesse infinie”.


L’amitié

Les deux débutantes se rencontrent dans les coulisses de l’Olympia à la fin de l’année 62. Jean-Marie Périer devient le compagnon de Françoise et le trait d’union entre les deux chanteuses. C’est d’ailleurs Sylvie qu’il photographie le plus à l’époque de Salut les copains. Les deux jeunes femmes chantent pour la première fois ensemble à la télévision, aux côtés de Petula Clark, le 5 décembre 64, dans l’émission Hello Paris. Cette année-là, Sylvie avait déjà repris “J’aurais voulu” lors d’une émission de Radio. Elles se retrouvent 4 ans plus tard sur le plateau des Carpentier où elles chantent en duo Jolie poupée pour le show du même nom consacré à Sylvie. Le 14 juin 1972, elles interprètent Comme un garçon dans l’émission L’espace d’un sourire.

Absente des scènes et discrète en télévision, Françoise peut compter sur sa consœur pour l’inviter aux émissions dont elle est l’invitée principale, Les nouveaux rendez-vous du dimanche ou Avis de recherche. Puis c’est un nouveau trio aux côtés d’Étienne Daho dans le show Irrésistiblement Sylvie en 1998.

En 2007, Sylvie reprend “Le temps de l’amour” pour l’album Nouvelle Vague. L’année suivante, Françoise évoque son amie en des termes très élogieux dans son autobiographie “Le désespoir des singes”. Trois ans plus tard, Sylvie reprend comment te dire adieu ? dans une émission hommage à Serge Gainsbourg. Les deux amies chantent pour la dernière fois ensemble dans l’émission Tout le monde l’appelle Sylvie en 2010. Pour l’occasion, elles reprennent une chanson que Françoise adore “Sur un fil”, composée par le frère de Sylvie en 1967.

Galerie

Très émue, Sylvie avait évoqué la maladie de son amie dans l’émission “Quelle époque !” du 2 mars dernier. Absente aux obsèques, elle a réagi dès l’annonce de la disparition de Françoise Hardy le 12 juin :

Le Parisien

Elles sont les deux plus grandes icônes des années 1960 de la chanson, mais aussi de la mode, en France et à travers le monde, Sylvie Vartan et Françoise Hardy. Plus que tout, elles étaient aussi amies depuis leurs débuts. Les chemins de leur vie et de leur carrière les ont souvent réunies. C’est de l’autre côté de l’Atlantique que Sylvie a appris la disparition de son amie. Sa tristesse est immense, et elle se dit choquée, même si elle s’y attendait. Elle lui rend hommage à travers ses mots. Son émotion est palpable, intense.

Vous souvenez-vous de votre rencontre avec Françoise Hardy ?

SYLVIE VARTAN. Nous avons débuté ensemble. Je crois que j’avais fait deux, trois disques lorsque« Tous les garçons et les filles » est sorti et fut un gros succès. Nous avons vraiment débuté au même moment. Nous avions le même âge. J’ai eu un très bon sentiment la première fois que je l’ai vue, et je me fie toujours à mes premières impressions. Elle avait une douceur, une personnalité, et elle était différente et très jolie.

Comment votre amitié a-t-elle évolué au fil des ans ?

En fait, nous nous sommes rapprochées très vite grâce à Jean-Marie Périer, car il nous photographiait souvent et nous nous retrouvions ensemble. Ensuite, le métier nous a un peu éloignées dans la mesure où je voyageais beaucoup. Mais nous nous retrouvions avec, à chaque fois, beaucoup de plaisir et une véritable complicité.

Son répertoire contient des chansons magnifiques, intemporelles. Laquelle vous touche le plus ?

Il y a beaucoup de chansons que j’aime dans le répertoire de Françoise. « L’Amitié » est certainement l’une de mes préférées.

Quand lui avez-vous parlé la dernière fois ?

Je lui parlais de temps à autre ces dernières années… (pause émue) Elle avait beaucoup de maîtrise. C’était moi qui étais la plus affectée de savoir qu’elle souffrait autant. Cela était vraiment difficile. Elle était toujours au courant de ce qui se passait, elle était un véritable exemple de courage. Tout cela est extrêmement triste…

Votre tristesse est palpable…

Je pense beaucoup à Thomas et à Jacques. À tous ceux qui l’ont aimée et qui ont été proches d’elle, des amis fidèles et vrais. Nous sommes tous choqués, même si nous savions qu’elle avait le désir de s’en aller. Mais elle était entourée de beaucoup d’amour. Elle va nous manquer à tous. Une étoile est partie.

Propos recueillis à Los Angeles par Franck RAGAINE


Paris Match

Un Commentaire

  1. Ostuni sr Amélia

    Merci chère Sylvie pour ce que vous êtes et ce que vous dites…tant d’émotion dans cette petite phrase :

    ” Ma belle et tendre amie s’en est allée…tristesse infinie”!

    Vous ne faites pas de discours comme tant d autres , mais on sent la sincérité et la beauté de cette belle et longue amitié.
    Votre amie,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *