Le style Vartan – Années 90

En fin d’année, elle se rend en Bulgarie. Elle choisit Dior pour les tenues de son concert. Elle pose avec différentes vestes Dior pour TV Magazine.

1991

Après plusieurs années d’absence, elle remonte sur scène, au Palais des Sports. Le spectacle est très sixties, tant par le choix des chansons que celui des tenues. Ainsi son premier costume n’est pas sans rappeler sa période Sergent Pepper (1967) et la robe métal Paco Rabanne rappelle celle portée par son amie Françoise Hardy.

Pour le magazine Max, elle pose pour Philippe Robert, dans des tenues signées Lionel Cros : robe dentelle stretch, blouse mousseline et broderie.

On la croise aussi au défilé Dior mode automne/hiver 91-92.

En l’honneur de Charles Trenet pour qui elle chante « Le soleil et la Lune » lors de l’émission qui lui est consacrée, Sylvie sort de la naphtaline la fameuse robe à étoiles Saint Laurent de 70.

1992

En fin d’année, elle fait la promotion de son dernier single (« Qui tu es ») en robe manteau.

1993

Sylvie assiste au défilé Dior, Thierry Mugler et Jean-Paul Gaultier.

Au mois de juin, pour les 50 ans de Johnny au Parc des Princes, Sylvie porte une robe Dior de Gianfranco Ferré en velours pourpre.

En fin d’année, pour la promo du single « Tes tendres années », elle porte des pantalons en velours moiré.

Sylvie se rend à l’édition 94 du festival de Cannes puis fête ses dix ans de mariage à Paris.

Elle fait une série de photos avec la robe que Gianfranco Ferré a créée pour la scène finale de l’Ange Noir, tenue qu’elle comptait porter au Casino de Paris (jugée trop inconfortable, la robe sera délaissée pour celle en velours noir qu’elle portait pour « Les Oscars de la Mode » en 1985).

On croise Sylvie au Carrousel du Louvre pour une soirée contre le sida, accompagnée de Gianfranco Ferré. Fin janvier, elle présente son récital acoustique au Casino de Paris habillée par Dior. Elle fête la dernière entourée de tous ses amis – dont Pierre Cardin – à la Résidence Maxim’s.

Elle assiste au vernissage du peintre Didier Cauchy, au Festival de Cannes et en juin, au festival de Yokohama où elle présente « L’Ange Noir ».

En fin d’année, elle apparaît dans toutes les boutiques Phildar pour promouvoir des modèles et une nouvelle catégorie de laine baptisée pour l’occasion, La Maritza » ; les vitrines seront décorées de PLV, deux dépliants seront distribués et le magazine Phildar actualité mettra Sylvie en vedette.

1996

Comme chaque année, Sylvie assiste au défilé Haute Couture Dior (avec Emmanuelle Béart et Gianfranco Ferré).

Sylvie pose pour Peter Lindbergh en chemisier blanc et pantalon noir.

Au cours de l’émission « Sacrée Brigitte », Bardot rend hommage à Sylvie et son élégance.

Cette année marque les retrouvailles avec l’Olympia et Bob Mackie qui crée la robe d’ouverture. Sylvie porte la fameuse robe à étoile Yves Saint Laurent de 1970, un tailleur pantalon noir et un ensemble de golfeur américain que n’aurait pas renié Marlène Dietrich.

On peut entendre la chanson la plus belle pour aller danser dans son spectacle mais aussi dans un spot publicitaire pour la Caisse d’épargne diffusé dans les années 1998/1999, pour la fête du cinéma en 2019 et dans l’interprétation de Chris Garneau dans une pub pour Renault en 2021.

Fin 96, la chanteuse s’envole pour New-York assister aux 50 ans de Dior au Metropolitan Museum. John Galliano régnant désormais sur la célèbre maison, Sylvie se rapproche d’autres créateurs (Céline, Jean-Paul Gaultier).

1998

Son frère Eddie et un nouveau parolier Eric Chemouny créent « Les robes », une chanson hommage à son vestiaire qui figure sur l’album « Sensible ».

Pour l’émission spéciale « Irrésistiblement… Sylvie », la plus belle chante en pull marin, robe manteau long noir, ensemble bleu nuit à paillettes, ensemble rock’n roll … le tout signé Gaultier, Dior, Dries Van Noten, Rena Lange, Céline et YSL (le stylisme et les costumes étant également assurés par Nicolas White).

Le joailler Ebel fête le lancement de sa nouvelle montre, Sylvie s’y rend en compagnie de David.

1999

Lors de son Olympia, Sylvie propose un tableau autour de ses robes

Pour ce Tour de siècle et son show télévisé intitulé « Qu’est-ce qui fait rêver Sylvie ? », Jean-Paul Gaultier dessine des tenues pailletées très glamour. Pour le show télévisé, la chanteuse est également habillée par Rena Lange, Céline et Masaro (stylisme et costumes de Nicolas White).

Les commentaires sont clos.